Une nouvelle version de LibreOffice est sortie. Elle apporte des modifications au niveau de l'interface et fournit quelques changements pour ses principaux outils de bureautique.

Ça bouge du côté de LibreOffice. La suite bureautique dérivée d’OpenOffice.org est désormais proposée dans une nouvelle version, estampillée 5.2. Elle arrive près de six mois après la branche 5.1, qui a apporté une amélioration de l’interface, des fonctions additionnelles pour le tableur, un support accru des formats et une compatibilité plus poussée avec le cloud.

À quoi doit-on s’attendre avec LibreOffice 5.2 ? Du côté de l’utilisateur, l’interface a été en partie remaniée de manière à permettre l’affichage d’une seule barre dans Calc et Writer, pour, expliquent les concepteurs, « permettre aux usagers de vraiment se concentrer sur le contenu ». Au passage, des icônes ont été ajoutées aux barres d’outils par défaut quand si les fonctions associées étaient régulièrement utilisées.

The Document Foundation le souligne. Les branches 5.x se focalisent surtout sur le design et l’interface de LibreOffice, afin de fournir l’expérience la plus claire, accessible et efficace possible. Les précédentes moutures se concentraient sur d’autres aspects du logiciel, en particulier le nettoyage du code (3.x) et son optimisation (4.x). Une infographie rappelle le parcours du projet depuis début 2011.

LibreOffice RoadMap

La mise à jour 5.2 apporte aussi d’autres modifications dans LibreOffice, qui sont listées dans un billet de blog. Signalons une meilleure gestion de l’importation des documents .rtf et .docx, de nouveaux outils de dessin, des fonctions prévisionnelles dans Calc, la gestion de fichiers hérités de Word pour DOS et la prise en compte d’un système de classification à différents degrés selon la sensibilité du document.

LibreOffice poursuit donc son amélioration par petites touches de sa suite bureautique, qui est un concurrent libre et gratuit de Microsoft Office. LibreOffice rassemble les principaux outils de travail dont un utilisateur lambda a besoin (traitement de texte, tableur, présentation, base de données…) pour pouvoir sans peine se passer des services propriétaires de Microsoft.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés