Un robot K5 a renversé un enfant dans un centre commercial. Ces modèles ont été conçus par Knightscope pour protéger les écoles à la suite de la tuerie de Sandy Hook aux États-Unis.

Aaaah, les robots. Celui qui a lu la page Wikipédia d’Asimov le sait : un robot ne devrait pas pouvoir blesser un humain. Et celui qui a lu l’œuvre d’Asimov le sait encore mieux : en pratique, c’est plus complexe. S’il fallait résumer les écrits de l’auteur, scientifique et philosophe en un thème, on pourrait dire que c’est une longue réflexion sur la transgression éventuelle de cette règle absolue. Nous sommes en 2016 et la robotique commence à peine à s’approcher du grand public, que ce soit dans les foyers ou dans les commerces. Et déjà, les premières situations problématiques apparaissent.

L’enfant s’en sort fort heureusement avec une petite égratignure

Aujourd’hui, un quotidien régional américain a rapporté qu’un robot de sécurité avait renversé un gamin d’un an et demi, nommé Harwin Cheng. On imagine bien le petit humain courir en criant dans les allées du supermarché quand un Knightscope K5 de 136 kilos le percute, le renverse et en profite pour lui rouler dessus. L’enfant s’en sort fort heureusement avec une petite égratignure et aucun os brisé, mais les parents sont furieux et craignent pour la sécurité d’autres enfants en bas âge.

Mais qui est ce nouvel employé du Stanford Shopping Center de Palo Alto, en Californie ? Le K5 est un robot sans élégance qui ressemble vaguement à croisement entre Eve de Wall-E et un Cylon de Battlestar Galactica. Bardé de capteurs et de caméras (classiques et thermiques), il agit comme assistant des gardiens de sécurité du centre commercial dans lequel il est employé. L’engin fait des routines autonomes dans les magasins en analysant ce qui se passe autour de lui et en signalant les problèmes à son poste de commandement. Un humain peut également s’emparer des contrôles et piloter l’engin à distance. Il peut bouger à 29 km/h, ce qui est suffisant pour faire vraiment mal à un humain en chair et en os.

Ironiquement, le K5 a été développé par Knightscope à la suite de la tuerie de l’école de Sandy Hook, aux États-Unis : il a été conçu pour éviter qu’un tel drame puisse se reproduire et donc, pour protéger les enfants. Il est aujourd’hui en phase de bêta test dans plusieurs magasins qui l’emploient pour 6,25 $ de l’heure, soit moins que le SMIC horaire américain. L’entreprise va avoir quelques ajustements à faire si son robot est incapable de repérer et d’éviter des humains de petite taille.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés