Terrifiant ou génial ? Amazon lance une opération de ventes de smartphones Android à moins de 100 euros, avec des réductions allant jusqu'à 50 %. En échange, la société aura truffé votre appareil de publicités, à l'instar d'un Kindle.

Amazon a inventé un nouveau contrat machiavélique pour ses abonnés Premium. Alors qu’il y a encore quelques années l’achat d’un smartphone était quasiment toujours fait par l’intermédiaire d’un opérateur, aux États-Unis comme en France le marché change. Avec la baisse des prix des smartphones, nombreux sont les consommateurs à acheter directement des appareils déverrouillés à bas prix.

Amazon et la délicate question du smartphone

Or, la firme de Jeff Bezos semble avoir bien saisi les enjeux de ce marché du post-smartphone, avec un prix très bas et un appareil déverrouillé chez vous en moins d’un jour. Le rêve ? Sur le papier, l’offre est vraiment intéressante. Avec par exemple un Motorola G4 à 100 dollars durant les premiers jours de l’offre. Toutefois, Amazon n’a pas décidé de jouer au père Noël avec ses abonnés Prime, mais plutôt d’appliquer la stratégie Kindle aux smartphones.

La firme n’a pourtant connu que peu de succès dans ce domaine ; on se souvient encore de son risible et lamentable Fire Phone, où pour moins de 100 dollars l’entreprise fournissait un smartphone objectivement inutilisable. On était plus près du Burner Phone que du Fire Phone…

Screen-Shot-2016-06-29-at-10.09.06-AM
De la publicité partout, jusque sur votre écran de verouillage

En somme, en dehors de ses tablettes, et autres kindleries, Amazon a raté le virage du smartphone. Ou ne l’a jamais entamé. Pourtant l’entreprise a une vision stricte et percutante de ce que doit être le rôle de l’appareil : un simple contenant, très accessible. En somme, comme avec ses Kindle, Amazon sait que l’entreprise pourra tirer plus de profits grâce à l’achat de contenus qu’à l’achat initial du contenant. Toutefois, si les utilisateurs peuvent accepter les très envahissants services Amazon sur les Kindle, le smartphone, centre névralgique de nos vies numériques, ne doit pas devenir un panneau publicitaire personnalisé et embarqué. Du moins, pas aussi outrageusement qu’Amazon veut l’imposer.

Signer avec Amazon, c’est signer avec le diable ?

Les abonnés Premium nous donneront peut être tort en adoptant massivement l’offre d’Amazon. Mais sauront-ils vraiment quels seront les contraintes sur le long terme d’un tel pacte faustien ? A l’heure actuelle, nous ne savons même pas si le bootloader des smartphones laissera l’utilisateur installer une ROM alternative afin de se débarrasser des services Amazon. Et de la même manière, la société n’a que très peu détaillé sa stratégie publicitaire sur ces offres. Par l’intermédiaire d’un smartphone, la société peut avoir accès à une somme de données vous concernant qui seront particulièrement utiles afin de personnaliser la publicité qui vous est proposée.

amazonphones

Combien coûte votre attention ?

Ce qui retiendra particulièrement notre attention dans cette invention marketing d’Amazon, c’est le naturel avec lequel la société prétend libérer les utilisateurs Premium du joug des opérateurs. Pour mieux les enfermer dans son propre écosystème. Soit. Néanmoins, pour nuancer nos inquiétudes, il faut souligner que les deux smartphones proposés aux abonnés américains disposent d’un accès au Play Store et aux services Google, ce qui n’était pas le cas des précédents smartphones d’Amazon.

En somme, lorsque l’abonnés Premium achètera son smartphone Amazon, il ne paiera en dollars peut-être que 100 billets, mais combien paiera-t-il en temps accordé aux publicités Amazon affichées ? Les plus pessimistes sont persuadés qu’un jour notre attention et nos données serviront à acheter des produits. Ils peuvent se rassurer, Amazon propose déjà de payer ainsi la moitié d’un smartphone.

Vivement le futur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés