D'après une récente étude, Paris conforte sa troisième place de pôle mondial en termes d'innovation, derrière la Sillicon Valley et Londres.

Si vous pensiez à force de discours auto-flagellants que la France est à la traîne en termes d’innovation, sachez que vous vous méprenez. Plusieurs grandes entreprises — notamment les géants de la tech comme Facebook — ont choisi d’installer des centres de recherche et développement en France ces dernières années, et ont ainsi hissé Paris en troisième position des pôles mondiaux de l’innovation. Devant la capitale française se trouvent seulement l’incontournable Sillicon Valley américaine, et Londres.

D’après un rapport de la boîte de consulting Capgemini et Altimeter, la France aurait en effet conforté sa place sur le podium, notamment grâce à l’ouverture de deux nouveaux centres de recherches à Paris depuis juillet 2015. Il s’agit de ceux de Cisco et BNP Paribas.

Interviewé par Les Échos, Olivier Bourtourault, vice-président chez Capgemini Consulting, explique que « malgré notre habitude de nous autodénigrer, la France possède une culture qui colle plutôt bien à l’innovation  ». Il ajoute notamment que l’expertise française dans les jeux vidéo est un atout de taille car celle-ci se manifeste dans d’autres secteurs et « les capacités utilisées dans ce domaine, en matière de réalité augmentée ou d’intelligence artificielle, par exemple, ont aujourd’hui des applications industrielles ».

Centre d'innovation France

Globalement, l’Asie est la région qui a été la plus attractive pour les centres de recherche entre juillet 2015 et février 2016 avec une augmentation de 29 % par rapport à l’année dernière. Cela s’explique notamment par la montée en puissance de Bangalore (Inde) qui a notamment accueilli Airbus et Visa. Bangalore pourrait ainsi rapidement venir concurrencer Paris en termes d’attractivité.

24 % des nouveaux centres de recherche créés sur cette période sont dédiés au secteur de la banque et de la finance. Derrière, on retrouve l’électronique et les nouvelles technologies (21 %) et l’industrie (16 %).

La plupart des centres de recherches ont concentré leurs efforts sur les objets connectés et les villes intelligentes. Ils y ont consacré 21 % de leurs nouveaux projets.

Capture

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés