Xavier Niel vient d'annoncer l'ouverture prochaine d'un campus de l'école 42 à Fremont, en Californie. Et contrairement aux autres grandes écoles et universités américaines, 42 sera gratuite.

C’est en un tweet laconique qui, peut-être, fera date, que le fondateur de Free a annoncé la nouvelle : l’école de programmation 42 va ouvrir ses portes aux États-Unis. L’école qui repose sur un principe non discriminatoire plutôt radical (aucun niveau d’étude n’est requis pour postuler, pas plus qu’un porte-monnaie bien rempli dans la mesure où les années d’étude sont gratuites) entend bien se faire une place aux côtés des grandes universités américaines.

Dans une annonce en vidéo diffusée sur YouTube, l’école 42 Made in USA précise ses ambitions. Il s’agit d’un campus dans la Silicon Valley qui accueillera 10 000 étudiants en 5 ans. Tout le cursus est dédié à la programmation et sera complètement gratuit. Comme en France, 42 ne regardera pas les diplômes de ses postulants, qui pourront avoir de 18 à 30 ans. Dans la vidéo, des développeurs et chefs d’entreprises, d’Evan Spiegel de Snapchat à Leila Jana de Sama, accueillent l’idée à grand renfort d’éloges et de compliments. Le fondateur de Periscope raconte même qu’en arpentant les salles de l’école parisienne, il «  a rêvé de passer sa vie là-bas, à coder et à apprendre. »

Et cette « école du futur » pourrait faire grand bruit aux États-Unis. En effet, si le pays est déjà bien fourni en écoles et universités qui forment des esprits brillants et capables d’affronter les problématiques du monde qui s’ouvre, l’éducation américaine souffre d’un problème colossal : le coût des années scolaires. Comme le précise la vidéo, le total des prêts contractés par les étudiants pour faire ces formations s’élèverait à 1 160 milliards de dollars. La plupart des étudiants américains commencent leur vie professionnelle avec ce fardeau à rembourser.

bat_us01

D’après TopUniversities, les frais de scolarité pour le supérieur aux États-Unis coûtent à l’étudiant entre 11 000 et 42 000 dollars par an. Avec ce campus de 200 000 mètres carrés à Fremont, Xavier Niel bouscule les codes de l’éducation supérieure américaine. Une vague qui pourrait devenir un ras-de-marée si l’école tient ses promesses et vient faire de l’ombre aux Harvard, MIT et autres Carnegie-Mellon.

Les pré-inscriptions sont déjà ouvertes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés