Samsung a d'ores et déjà mis un premier pas dans la réalité virtuelle avec le casque Gear VR. D'autres devraient très bientôt suivre.

La réalité virtuelle ne se démocratisera pas par le haut de gamme. Malgré leurs atouts évidents, des casques comme l’Oculus Rift (740 euros) et le HTC Vive (900 euros) sont bien trop chers pour le commun des mortels. Surtout que l’achat d’un de ces appareils ne fait pas tout : il faut que le PC suive derrière, ce qui nécessite d’investir dans une machine puissante pour que l’expérience soit satisfaisante.

C’est par le milieu et l’entrée de gamme que la réalité virtuelle va se propager au sein du grand public, avec des produits comme le PlayStation VR, qui requiert une PS4 (la machine est répandue dans les foyers) ou le Gear VR, qui n’a besoin que d’un mobile Samsung récent (ils sont encore plus courants que la PS4). Reste une question : ces produits, s’ils sont moins chers, délivrent-ils une expérience satisfaisante ?

À lire sur Numerama : Test du Samsung Gear VR, la réalité virtuelle sans fil et sans merveille

Dans le cas du Gear VR, que nous avons pu découvrir, la réponse est claire : non. Il n’est peut-être pas très cher (à peine 100 euros), mais l’expérience qu’il délivre est limitée. Comme nous l’écrivions dans notre test, « c’est une première expérience de la réalité virtuelle sympathique, qui vous amusera une petite heure avant, au choix, de vous lasser, vous donner mal au crâne ou de vous faire vomir ».

Cela étant dit, Samsung n’a aucune raison de s’arrêter au Gear VR. C’est d’autant plus vrai que le marché du smartphone n’est plus en croissance et que les autres domaines dans lesquels l’entreprise sud-coréenne opère (comme les tablettes, les montres et les accessoires connectés) restent des secteurs de niche ou ont reculé. Le groupe asiatique doit donc trouver d’autres débouchés et les casques de la réalité virtuelle pourraient en être un.

gearvrconsed3.jpg
Le Gear VR porté.

C’est dans ce contexte que le magazine Variety s’est fait l’écho d’une petite phrase prononcée par un responsable de R&D, Injong Rhee, en charge du développement logiciels et services au sein de Samsung. Lors d’une conférence ayant eu lieu mercredi à San Francisco, il a glissé l’idée que d’autres appareils de réalité virtuelle estampillés Samsung allaient bientôt être dévoilés.

« Nous sommes en train de travailler sur des appareils de réalité virtuelle indépendants et sans fil, qui ne fonctionnent pas nécessairement avec nos smartphones », a-t-il expliqué, ce qui laisse à penser que Samsung envisage un casque autonome, qui n’a ni besoin d’un PC ni d’un mobile pour proposer de la réalité virtuelle. Tous les traitements auraient lieu dans le casque, de l’affichage au calcul, en passant par la détection des mouvements du porteur via les capteurs habituels (accéléromètre, gyroscope).

L’industrie n’en est qu’à ses débuts

Pas d’emballement pour autant. Le projet est encore très flou parce que l’horizon d’un tel appareil est encore très loin. Injong Rhee a prévenu que Samsung ne prévoit pas de sortir un tel appareil avant quelques années. « La réalité virtuelle est un champ formidable, mais l’industrie n’en est encore qu’à ses débuts », a-t-il confié. Peut-être que ce casque aura quand même besoin d’un PC pour gérer certaines tâches et qu’il faudra alors une liaison sans fil puissante pour transférer les données d’un appareil à l’autre.

Un tel casque devrait vraisemblablement coûter plus cher que le Gear VR actuel, même si le prix ne devrait pas atteindre les mêmes sommets que ceux gravis par le HTC Vive et l’Oculus Rift. Ce n’est pas dans l’intérêt de Samsung, ni celle de Facebook. Le réseau social américain, qui a mis des billes dans le Gear VR et qui compte beaucoup sur la réalité virtuelle, a aussi besoin que des produits abordables soient proposés.

À lire sur Numerama : Samsung Gear VR, l’autre pilier de Mark Zuckerberg pour la réalité virtuelle

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés