Bienvenue à Canardville, ou « Duckytown ». Ce projet libre et open source du MIT permettra aux enfants du monde entier de créer leur propre ville miniature dans laquelle des canards en plastique (ou autres jouets) se baladent tout seul, en respectant le code de la route.

Au MIT, on sait s’amuser sérieusement. Le prestigieux institut d’études technologiques du Massachussets a présenté son projet Duckietown, qui promet de susciter plus d’une vocation chez les papas et les mamans bricoleurs qui veulent quelque chose de plus sympa qu’un bête circuit de voitures ou de trains électriques pour amuser leurs bambins.

À l’occasion d’un cours donné au printemps, l’école a mis au point une ville miniature peuplée de canards motorisés, qui se baladent tout seul au gré des panneaux de signalisation qu’ils rencontrent, et des obstacles ou autres véhicules qu’ils croisent. Les auto-canards ne sont équipées que d’une caméra, et ne disposent d’aucune cartographie pré-programmée.

Tous leurs mouvements sont donc décidés par l’intelligence artificielle, grâce aux informations captées par la caméra, et aux algorithmes. Ces derniers doivent détecter les objets, anticiper leur éventuel mouvement, lire les panneaux, faire attention aux canards qui traversent la route, etc. Une bonne introduction pour les élèves, aux problèmes concrets posés par les technologies des voitures autonomes qui doivent débarquer massivement sur nos routes dans les cinq ou dix prochaines années.

Le projet a été élaboré en collaboration entre le laboratoire d’intelligence artificielle CSAIL du MIT, et son laboratoire dédié aux systèmes d’information et de décision (LIDS). Trois autres départements ont participé, et au total une douzaine de personnes ont aidé à mettre au point le cours.

La meilleure nouvelle ? L’ensemble est libre et open-source, et l’ensemble du matériel ne devrait coûter au final que 100 dollars environ. Les créateurs ont annoncé qu’ils mettraient tous plans de construction, des logiciels et des supports d’enseignement à disposition du monde entier, sous licences libres. Les brouillons sont déjà disponibles. Les annonces des publications futures seront à suivre sur la page Facebook du projet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés