Dans le cadre du challenge European Truck Platooning, une douzaine de camions partiellement autonomes de différents constructeurs ont traversé l'Europe.

On parle beaucoup de voitures autonomes, comme celles développées par Volvo ou Google capables de rouler sans intervention humaine. Parce qu’elles font partie de notre quotidien, elles volent la vedette aux autres types de véhicules autonomes, comme les camions. Pourtant, certains programmes mis en place par les institutions et les constructeurs au niveau européen et mondial veulent révolutionner le secteur de la logistique.

European Truck Platooning

C’est le cas par exemple du challenge baptisé European Truck Platooning, organisé par les Pays-Bas, qui président actuellement le Conseil européen. Grâce à des technologies de communication V2V (« Vehicle to Vehicle »), le platooning (peloton routier en français) permet d’automatiser certaines parties de la conduite de camion. Les véhicules se suivent les uns derrière les autres et forment un convoi compact. Concrètement, l’accélération et le freinage sont pris en charge par la machine et c’est l’humain qui s’occupe de la direction.

La réduction de la distance de sécurité (15 mètres entre chaque véhicule) permet de diminuer la résistance à l’air entre les camions et ainsi abaisser la consommation de carburant jusqu’à 15 %. En circulant en peloton, deux camions qui effectuent 160 000 kilomètres chaque année pourraient économiser 6 000 € de carburant.

Schéma représentant un peloton routier autonome utilisant une technologie sans fil et un radar / Lidar
Schéma représentant un peloton routier autonome utilisant une technologie sans fil et un radar / Lidar

Dans le cadre de ce défi, une douzaine de camions partis de trois pays européens ont achevé leur voyage après une semaine sur les routes. Les camions fabriqués par différents constructeurs, comme Volvo et Daimler, ont rejoint Rotterdam de manière partiellement autonome. Le convoi fabriqué par Scania, une filiale de Volkswagen, a ainsi effectué plus de 2 000 kilomètres et passé quatre frontières avant d’arriver à sa destination.

Harmoniser réglementations et technologies

Dirk-Jan de Bruijn, le directeur du programme, espère harmoniser les réglementations en matière de conduite autonome de camions à l’échelle européenne. En Belgique par exemple, le platooning est illégal dans la mesure où la distance de sécurité entre deux camions doit être d’au moins 50 mètres sur autoroute.

1790daa756_16A302
Camions de Daimler Trucks, filiale du constructeur Mercedes-Benz

À terme, Bruijn espère que la feuille de route proposée aux différents organismes de sécurité routière européens permettra de favoriser la conduite autonome des camions. Il faudra également convaincre les constructeurs d’utiliser en commun des technologies de communication V2V pour que les véhicules de marques différentes puissent discuter entre eux. L’enjeu n’est pas seulement de réduire les émissions de CO2. C’est aussi de décongestionner les routes et de limiter le risque d’erreur humaine.

Si pour l’instant les camions ont encore besoin d’un conducteur pour tourner, ils seront à terme amenés à suivre le même chemin que les voitures entièrement autonomes. Les travaux autour de la future norme 5G prévoient par exemple de réduire la latence dans la transmission des données afin de favoriser le déploiement de technologies de communication V2V à grande échelle.

5G  : tout savoir sur le réseau mobile du futur

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés