La limite de 140 caractères imposée par Twitter depuis 10 ans « va rester », promet Jack Dorsey, qui met fin aux spéculations.

Ouf ! Twitter a finalement conscience qu’il a une identité à préserver. Alors que le réseau social paraît passer son temps à tenter de se rapprocher d’un Facebook au risque d’en devenir une pale imitation, Jack Dorsey a finalement rassuré tout le monde. La limite des 140 caractères, que Twitter aurait envisagé d’abandonner, ne va finalement pas disparaître.

« Ça reste », a ainsi promis le PDG de Twitter Jack Dorsey dans le Today Show, une émission de la NBC. « C’est une bonne contrainte pour nous. Ça nous offre la concision du moment ».

Jack Dorsey met ainsi fin aux rumeurs, à l’occasion du dixième anniversaire du réseau social. « Il y a deux raisons pour lesquelles nous avons une limite de 140 caractères », avait expliqué l’an dernier le fondateur de Twitter dans un talk à Harvard. « L’une est d’ordre pratique, l’autre est conceptuelle ».

Sur le plan technique, Twitter était à ses débuts un service par SMS. « Le Web n’était qu’un moyen d’archiver et de voir les tweets après coup », mais pas d’en envoyer, rappelle-t-il. Or les SMS étaient limités à 160 caractères. Twitter a réservé 20 caractères pour le nom de l’utilisateur, et est donc arrivé à 140 caractères.

Mais sur le plan conceptuel, « nous croyions que la contrainte inspire la créativité », explique Dorsey. De fait, tweeter est un art en soi et l’on voit des compilations des meilleurs tweets, alors que l’on ne voit jamais de compilation des meilleurs posts Facebook.  « Nous pensions que les gens seraient davantage ”sur l’instant” et c’est ce que nous voulions. (…) Dans les premiers jours du service, nous avions eu beaucoup de critiques sur les 140 caractères, et à quel point Twitter était inutile. On a tellement entendu que Twitter, c’était seulement pour raconter ce qu’on avait manger au petit déjeuner… ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés