DJI annonce le Phantom 4, un drone intelligent qui peut se passer du pilote.

Les drones de DJI sont autant appréciés par les professionnels de la vidéo que pour le loisir. Et une fois n’est pas coutume, la quatrième itération du très réputé Phantom apporte son lot de nouveautés qui raviront les passionnés de prises de vue aériennes, qu’ils soient débutants ou confirmés.

Les courses de drones, un sport et un business en pleine croissance

À cette occasion, DJI prend soin de ne plus nommer son appareil par le mot « drone », mais par la formule « caméra aérienne intelligente ». Derrière cette précaution linguistique se cache la volonté du constructeur de ne pas associer son quadricoptère au terme très connoté qui peut être associé aux machines militaires.

Ne m’appelez pas drone

Pourquoi une caméra intelligente ? Parce que le pilote amateur peut déléguer la majeure partie des tâches relatives au pilotage à l’ordinateur de bord. Ainsi, le Phantom 4 pourra identifier et suivre dynamiquement un objet en mouvement (Active Track) et suivre un itinéraire de vol prédéfini (Tapfly). Ses cinq caméras lui permettront d’analyser la topographie et l’environnement pour éviter les obstacles de manière autonome.

Unknown-2

L’ambition est double pour l’entreprise. Le Chinois espère bien entendu toucher un public de plus en plus large en simplifiant la prise en main de ses Phantom. Les débutants pourront aborder cette pratique, sans crainte de planter l’onéreux appareil. Mais le quadricoptère facilitera également le travail des cadreurs / monteurs qui n’auront plus besoin de s’occuper à la fois du pilotage et de la prise de vue.

En mettant à la portée des débutants des techniques de pilotage et de cadrage normalement réservées aux utilisateurs les plus habiles, DJI fait entrer le drone commercial dans une nouvelle ère. Les techniques d’évitement et de suivi autonome existent certes déjà depuis un certain temps dans les drones professionnels, mais c’est la première fois qu’elles sont si bien intégrées dans un modèle grand public.

Unknown

Les autres constructeurs suivront sans doute DJI dans cette évolution. Le fabricant chinois Yuneec avait par exemple fait parler de lui lors du CES 2016 avec le Typhoon, un drone propulsé par la technologie d’évitement Real Sense d’Intel.

Enfin, DJI a travaillé sur l’aérodynamisme de son appareil qui peut désormais atteindre les 70 km/h en mode sport. Quant à l’autonomie en vol, elle est annoncée à 28 minutes. De son côté, l’optique a été améliorée pour réduire les aberrations chromatiques. Le capteur de 12 mégapixels capture des images aériennes en 4K, visibles en simultanée en haute définition dans un rayon de 5 kilomètres.

Seul bémol, le prix : il faudra tout de même débourser la coquette somme de 1599 euros pour acquérir la bête de DJI. Le Phantom 4 sera disponible en précommande dès le 1er mars sur le store de DJI et sur l’Apple Store en ligne. Les premiers drones arriveront dans les boutiques physiques à partir du 15 mars.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos