Sony ne révolutionnera pas le marché du smartphone cette année, mais la gamme X reste bien ficelée et convaincante. Prise en main.

Cette année, Sony a décidé de faire un peu de ménage dans sa gamme et a commencé par arrêter d’incrémenter et décliner la fameuse gamme Z. En 2016, place à la gamme X, avec non pas un, mais deux fers de lance : le X et le X Performance. Le Japonais rejoint donc le club des constructeurs à jouer sur deux fronts dans le haut de gamme et le très haut de gamme, après Apple et ses deux iPhone et Samsung avec ses deux Galaxy.

Et Sony n’a pas vraiment choisi la taille ni les bords incurvés pour distinguer ses deux modèles haut de gamme. Le Xperia X Performance est un Xperia X un poil boosté grâce à un processeur et un GPU plus puissant, une batterie plus durable, un dos en aluminium brossé et surtout, une certification IP68 qui lui permet de résister à un séjour dans de la flotte et à la poussière. Au-delà de cela, il s’agit des mêmes téléphones et on aura bien du mal à les distinguer de loin.

Un responsable nous a confié que l’idée était d’avoir un modèle pour les utilisateurs très exigeants qui serait vendu au prix des smartphones haut de gamme actuels et de proposer un deuxième modèle sans trop de compromis mais un peu moins cher. Comme ça, tout le monde est content.

sony-xperia-3

sony-xperia-4

Que dire sur ces smartphones après une première prise en main ? Eh bien comme tous les ans avec Sony, les Xperia ne sont pas les appareils les plus bling bling, ni les plus blindés de gadgets, mais restent ceux qui, peut-être, conviendront le mieux à ceux qui souhaitent un appareil robuste, gracieux, extrêmement performant et qui se débrouille parfaitement bien du côté de la photographie — l’appareil embarquant un capteur de 23 mpx. Les smartphones Sony sont vraiment des modèles à part : on a du mal à leur trouver des défauts comme on aurait du mal à leur trouver une killer feature.

Les deux modèles X sont très agréables à prendre en main et inspirent un sentiment de produit premium, comparable à ce qu’on pourrait trouver chez Apple. Du haut de gamme proche de l’objet de luxe, qu’on n’aura pas du tout honte de laisser traîner sur une table basse. Les courbes de ces appareils ont été finement travaillées et les deux modèles respirent l’aboutissement. En main, les deux appareils sont harmonieux et agréables au toucher. Sony a conservé le bouton sur la tranche servant de déclencheur pour l’appareil photo et qui vous permettra de lancer l’appareil et de prendre un cliché en moins de 0,6 secondes. Pas mal pour saisir des instants rapidement.

Les appareils nous laissent une excellente impression même si, il faut avouer, rien dans ces Xperia ne nous surprend

sony-xperia-2

sony-xperia-5

L’interface personnalisée proposée par Sony a été revue et corrigée cette année et laisse la place à un système d’exploitation décliné en trois écrans. À gauche, vous aurez votre espace configurable avec vos applications et vos widgets, au centre se trouve l’écran d’accueil et l’écran de droite est géré par un algorithme : il vous présente les applications que vous utilisez le plus souvent. Le bouton virtuel central ouvre un lanceur équipé d’une fonction de recherche pour accéder plus facilement aux applications.

Les appareils nous laissent une excellente impression même si, il faut avouer, rien dans ces Xperia ne nous surprend. Tout comme rien ne nous a surpris chez Samsung, à part Mark Zuckerberg, au demeurant.

Ces modèles débarqueront en France vers la fin du printemps et seront épaulés, dans la gamme, par un petit Xperia XA qui viendra jouer sur le terrain du milieu de gamme en essayant de rivaliser au niveau des finitions.

sony-xperia-1

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés