Qualcomm a annoncé son nouveau processeur Snapdragon Wear 2100 qui sera à la fois plus petit et moins gourmand en énergie, à destination des wearables. Les futures montres connectées qui utiliseront le processeur seront plus fines et plus autonomes.

Les montres connectées n’ont pas encore remplacé nos bonnes vieilles montres mécaniques. Mais cela pourrait changer à mesure que les constructeurs améliorent la technologie des wearables. Actuellement, les montres connectées présentent de nombreux problèmes, notamment en matière d’ergonomie et d’autonomie, et leur usage est au mieux, anecdotique.

La montre connectée est par nature à cheval entre les deux secteurs que sont la technologie et le style. Mais les montres actuelles sont, dans une grande majorité, bien trop grosses. Qui plus est, on cherche encore une utilité à cette nouvelle catégorie de produit. Si les smartwatch présentent un intérêt certain pour les sportifs, elles ne sont au mieux pour tous les autres usages qu’une extension du smartphone.

L’entreprise américaine Qualcomm, dont les processeurs Snapdragon 400 équipent aujourd’hui la plupart des montres connectées sous Android Wear, a annoncé un tout nouveau SoC. Un SoC est une puce qui contient à elle seule de nombreux composants du système tels que les modules de connectivité (Bluetooth, Wi-Fi), des capteurs (accéléromètre, boussole), le processeur ou encore la mémoire.

android-wear-wifi

Contrairement au Snapdragon 400 qui était à l’origine une puce de smartphone d’entrée de gamme, le Snapdragon Wear 2100 est spécialement optimisé pour les nouvelles catégories de produits portables comme les montres connectées, les casques et les capteurs d’activités. Il sera 30 % plus petit que les précédentes générations de processeurs et devrait consommer 25 % d’énergie en moins.

La balle est donc dans le camp des constructeurs qui ont désormais toutes les cartes en main pour offrir des produits plus fins, et dont la batterie dure plus longtemps sur une charge. On peut donc espérer que les prochaines générations de smartwatch offriront une autonomie supérieure à celle des modèles actuels qui, selon l’utilisation que l’on en fait, ne dépasse pas les deux jours.

Le Snapdragon 2100 sera 30 % plus petit que les précédentes générations de processeurs et devrait consommer 25 % d’énergie en moins

Le Snapdragon 2100 existera en deux versions qui proposeront chacune le Bluetooth, le Wi-Fi et des capteurs qui consommeront très peu d’énergie. Une version plus connectée intégrera également un modem LTE, qui permettra d’écouter de la musique en streaming, de répondre aux appels et d’envoyer des messages, sans être nécessairement relié à un téléphone portable. Dans le cas des montres sous Android Wear, il faudra cependant attendre que l’OS de Google affranchisse les montres connectées d’une connexion au téléphone avant d’accéder à l’autonomie promise par Qualcomm.

La société indique que de nombreux produits sont déjà en développement et que des montres connectées basées sur le Snapdragon 2100 devraient être disponibles dès le second semestre 2016.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés