Lenovo avait promis une montée en gamme : voyons ce que ce Yoga 900 sous Windows 10 a dans le ventre.

Choisir un ultrabook Windows n’a rien d’évident : la pléthore de modèles rend la tâche difficile. La stratégie de Microsoft avec Windows 8, puis Windows 10, a mené les fabricants d’ordinateurs portables à être de plus en plus créatifs. 2-en-1, hybrides, convertibles… la catégorie de produits s’est enrichie et les équipes marketing n’ont pas chômé. Ils se renversent, se détachent, s’aplatissent… Pour tirer son épingle du jeu, Lenovo, premier constructeur de PC au monde, a dévoilé le Yoga 900 – un ultrabook tordant.

Yoga, une généalogie déjà longue

Le Yoga 900 annonce la couleur d’entrée de jeu : c’est un produit orienté pro, comme le reste de la gamme. Il faut dire que Lenovo vend beaucoup aux entreprises, ce qui peut expliquer en partie sa place de leader dans cette catégorie de produits autrefois si dynamique et maintenant peu animée. La gamme Yoga introduite en 2012 a déjà connu plusieurs générations de produits et le dernier en date est cet ordinateur de 13,3 pouces nommé sobrement 900.

Si on le résumait à un MacBook Air pliable cela serait une erreur

Si on le résumait à un MacBook Air pliable cela serait une erreur. D’un côté, il est en effet composé en partie d’aluminium, ce qui lui donne un poids léger (1,29 kg), une épaisseur digne de sa lignée auto-revendiquée que sont les ultrabooks (12,3 mm) et de très bonnes finitions. D’un autre côté, l’écran est tactile (10 points), sa définition est de 3200 x 1800 pixels (QHD+) et il est possible de le transformer en tablette grâce à une charnière surprenante.

Le Lenovo Yoga 900 offre également un excellent rapport qualité/prix. Si la version de base à 1 200 euros environ embarque un Intel Core M-5Y70, que vous devez fuir, vous pourrez vous rabattre sur la version à 1 300 euros qui contient de l’Intel Core i5 6200, de cinquième génération dite « Skylake ». À ce prix, vous avez 8 Go de RAM et un SSD de 512 Go. En somme, une configuration à plus de 1 800 euros chez Apple.

D’EXCELLENTES FINITIONS

Le Yoga 900 est composé en grande partie d’un alliage de magnésium avec une charnière en métal et des reposes-mains en simili cuir texturé. Le cuir, c’est pour le côté raffiné – même si le toucher est plus  proche du caoutchouc. La coque supérieure est cependant composé de plastique, avec un revêtement métallisé qui a l’avantage d’être moins froid au toucher.

Numerama-DSC_8164

Numerama-DSC_8197

Malgré son poids plume (1,29 kg), l’ordinateur est équilibré. Sur une table, sur le lit ou sur des genoux, il est franchement très pratique, ce qui est important pour un produit portable. En main, il peut néanmoins s’avérer un poil lourd. En tout cas, on s’habitue à le transformer au format tente ou chevalet. Difficile de décrire ces positions étranges…

Numerama-DSC_8185

La fameuse charnière permet de tourner l’écran à 360 degrés et d’après Lenovo elle est composée de 813 pièces d’acier. J’avoue ne pas avoir compté, mais je l’ai utilisé plus d’une centaine de fois. L’ensemble est solide, et semble être d’une fabrication ingénieuse : en effet, cela permet de mieux évacuer l’air chaud accumulé dans la charnière. Résultat, les ventilos se mettent très rarement en fonctionnement et contrairement à la Surface Pro 4 on ne les entend pas. Un bon point.

Ce côté pièce industrielle est surprenant et on aurait presque peur d’y perdre un bout de doigt, mais c’est impossible. Chaque pièce est une roue dentée qui compose un rouage solide et efficace, conçu pour être utilisé des centaines de fois. Vous pensez bien que Lenovo a déjà essuyé les plâtres d’un tel mécanisme avant de mettre en vente son Yoga.

Numerama-DSC_8179

En mode tablette (ou chevalet si vous préférez), l’ensemble reste néanmoins plus lourd qu’un iPad Pro, et qu’une Surface Pro 4 qui pèse 766 grammes sans clavier. Le plus surprenant dans cette affaire est que le Yoga 900 est aussi mince qu’une Surface Pro 4, sans son clavier. Mais si vous pensez avoir une expérience tactile aussi bonne que sur un iPad, brisons le suspense tout de suite : vous allez être déçu. Les applications tactiles Windows 10, peu nombreuses et pas vraiment révolutionnaires si on omet les classiques de type OneNote et ce format convertible n’en font clairement pas une bonne tablette.

Bon laptop, tablette moyenne

Intéressons-nous à ce produit en tant qu’ordinateur portable. Le clavier est retro-éclairé, confortable et la frappe est précise. Ce clavier pleine taille ne requiert aucun ajustement du fait de sa grande taille, et les touches sont sensibles et suffisamment souples. Le trackpad au-dessous offre une surface large, sans bouton, parfait pour Windows 10 même s’il reste un cran en-dessous d’un trackpad Apple. Bien entendu, en mode tablette le clavier et le trackpad se désactivent automatiquement.

Numerama-DSC_8216

Numerama-DSC_8203L’écran de 13,3 pouces en définition QHD+ est au format 16:9e. Si c’est assez sympa pour un ordinateur, puisqu’il s’agit du format le plus utilisé, côté tablette, c’est beaucoup moins pratique à l’usage qu’un format 3:2e. La définition est bien gérée par Windows 10 une fois l’interface zoomée, les éléments sont rarement pixélisés, et le rendu est très correct.

La technologie IPS choisie par Lenovo est, dans tous les cas, excellente : les couleurs sont riches et éclatantes, les noirs sont profonds, et nous n’avons remarqué que quelques fuites de lumière légères sur les angles supérieurs. Élément plus gênant : les petits points disposés sous forme de grille pour la partie tactile. Quand on les voit, ils restent visibles pour toujours, c’est assez embêtant, surtout pour les puristes de l’écran parfait.

Autre bonne surprise : la qualité sonore des haut-parleurs. Les deux haut-parleurs n’ont pas une grille très premium en comparaison au reste de l’engin, mais le son est très bon : c’est un son stéréo qui donne une illusion que des sons proviennent de diverses directions de l’espace dans une sorte de simulation de son 3D. Une excellente spatialisation du son donc, avec un rendu sonore également très bon.

Numerama-DSC_8193

La technologie est fournie par JBL, et offre une bonne puissance. On ne perçoit d’ailleurs jamais de distorsion. En mode tablette, le son est néanmoins un peu plus étouffé, c’est dommage mais cela reste un rendu bien meilleur que celui de la Surface Pro 4 mais pas à la hauteur de celui de l’iPad Pro.

La connectique est complète. On retrouve d’ailleurs le nouvel USB Type-C (en USB 3.0, ce qui sert également de sortie vidéo), ce qui vous permettra de recharger rapidement un Lumia 950 ou un Nexus 5X. On retrouve deux autres USB Type-A en USB 3.0, une connectique plus classique, de chaque côté, sans oublier un slot SD, ainsi qu’un port casque. La panoplie est complète.

Du côté de l’autonomie, rien de révolutionnaire. Environ 7 heures observées, avec le Wi-Fi activité et une luminosité de 50 %. C’est moins que le MacBook Air, qui peut dépasser 10 heures sans problème, mais c’est un score dans la bonne moyenne des ultrabooks.

Nous avons testé un modèle Core i7 Skylake et les performances sont au rendez-vous. L’appareil est réactif, fait du multi-tâche sans problème (et Dieu sait que nous sommes exigeants sur ce point) et pourra même vous épauler dans certaines tâches d’encodage vidéo et faire tourner des jeux peu gourmands. Word allumé, 14 onglets Chrome, Spotify en arrière-plan : il ne bronche heureusement pas – même avec une activation de Cortana au milieu de tout ça. Pensez tout de même à désinstaller les crapwares que vous trouverez sur l’ordinateur au premier démarrage et notamment l’antivirus McAfee qui fait double emploi avec la sécurité de Windows 10 et vous spammera de pop-ups désagréables tout le temps.

Les seuls soucis remarqués lors de notre test viennent évidemment des mises à jour Windows 10 qui ne se lancent pas (un classique) mais aussi des scintillements de l’écran. Ce dernier problème peut surprendre, mais il provient des pilotes d’affichage d’Intel, loin d’être complètement stables. Il serait temps, d’ailleurs, de procéder à une mise à jour qui permettrait de les faire tourner correctement.

Lenovo Yoga 900

En bref

Lenovo Yoga 900

Cette énième itération du Yoga montre les efforts de Lenovo dans cette catégorie de produits. C’est bien fini, en particulier cette impressionnante pièce industrielle utilisée comme charnière et le tout donne une sensation de solidité. La dissipation thermique excellente reflète, encore une fois, ce niveau de qualité.

Ce format convertible est convaincant avec un design propre, qui fait place à de l’USB Type-C, un clavier confortable ou encore un trackpad pratique. En tant que tablette, l’ensemble reste lourd mais très agréable en mode chevalet. C’est mince, pratique et suffisamment puissant pour du multimédia mais loin d'arriver au niveau d'une tablette vraiment pensée pour un usage mobile et tactile.

Top

  • Finitions excellentes
  • Bonne technologie et définition d’écran
  • Les haut-parleurs

Bof

  • Jamais aussi pratique qu’un iPad
  • Version Intel Core M à fuir
  • Les bords de l’écran sont épais

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés