Une cour américaine se déclare en faveur d'Apple dans le dernier épisode du feuilleton juridique qui l'oppose à Samsung, son meilleur ennemi.

Le procès que disputent le Coréen Samsung et la firme américaine Apple depuis maintenant plusieurs années concernant l’application de certains brevets connait aujourd’hui un nouveau rebondissement. On se souvient que si les deux firmes avaient réussi à trouver un accord sur leurs brevets à l’international, la dispute continuait aux États-Unis, un marché privilégié pour Apple.

Cette semaine, Google et d’autres compagnies avaient demandé à la cour suprême d’écouter l’appel de Samsung. Une position compréhensible dans la mesure ou Samsung est le plus gros vendeur de téléphones Android. Aujourd’hui, la cour américaine s’est décidée en faveur de la société californienne concernant des brevets qui touchent au système de déverrouillage (le fameux « glisser pour déverrouiller ») et la correction automatique. Samsung doit arrêter d’utiliser le logiciel et de distribuer les terminaux incriminés.

La mesure ne devrait cependant pas empêcher la firme du pays du matin calme de continuer ses grasses matinées

La mesure ne devrait cependant pas empêcher la firme du pays du matin calme de continuer ses grasses matinées puisqu’elle ne touchera que des téléphones qui ne sont plus produits comme le Galaxy Nexus, le Galaxy S II ou le Galaxy S III.

Si Samsung affirme que « la décision n’aura pas d’impact sur les consommateurs américains », la firme critique une décision qui « pourra nuire aux choix des consommateurs sur les générations [de téléphones] à venir ». La décision crée en l’occurrence un précédent juridique qui avantagera Apple dans ses futures négociations relatives aux brevets.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés