On connaît tous l'application Tinder : swip left, swip right et ça match. Once fait un pas de plus et cherche à déclencher le match... avec votre fréquence cardiaque.

De plus en plus d’applications se sont développées ces dernières années autour des rencontres amoureuses. Avec Tinder ou Happn les usagers sont plongés dans l’immédiateté et la consommation rapide de la relation.

once

Once embrasse fitbit

Once, l’application au logo représentant un crapaud a préféré parier sur le slow dating et un potentiel conte de fée à portée de smartphone en autorisant un seul match par jour. L’application made in France continue donc à innover et à contrer ses concurrents en annonçant, hier, développer avec le constructeur de bracelets connectés Fitbit, un système de mesure du rythme cardiaque. Un nouveau pas vient d’être sauté : mesurer le rythme cardiaque de l’utilisateur lorsqu’il apercevra son  « match » du jour.

Jean Meyer, fondateur et CEO de l’application explique que le fait d’allier le principe « d’une seule rencontre par jour » au rythme cardiaque, augmenterait les chances de rencontres qui ne seraient pas « insipides ». En d’autres termes, l’application se connecte à votre rythme cardiaque pour déterminer si la personne affichée emballe votre cœur ou vous laisse indifférent.

Est-ce que la recette de l’élixir d’amour tiendrait donc dans une application et un bracelet connecté mesurant son rythme cardiaque ?

Tinder refuse de communiquer ses chiffres, mais l’application américaine a avoué avoir plus d’un million d’utilisateurs dès la fin d’année 2013, ce qui n’est pas une faible performance. Toutes ces applications de rencontres amoureuses remplissent un but « d’optimisation » et de rentabilité du temps. Et pour cause : dans un entretien donné à Numerama en octobre dernier, Happn nous expliquait qu’aujourd’hui, les gens avaient moins de temps pour des rencontres :

À l’égard de la rencontre en ligne, nous trouvions particulièrement paradoxal de croiser des centaines de gens dans la vie, simplement en marchant, et pourtant de retrouver ces gens le soir devant leur ordinateur, à remplir leur profil, répondre à des questionnaires pendant des heures, ou chatter avec des inconnus virtuels qui peuvent être très loin et qu’ils ne rencontreront peut-être jamais.

C’est une perte de temps, et ça ne répond pas au vrai besoin de rencontrer l’autre. Un autre paradoxe c’est que dans les grandes villes, même s’il y a plus de monde, on a plus de mal à rencontrer quelqu’un, il y a plus de célibataires…

Est-ce que la recette de l’élixir d’amour tiendrait donc dans une application et un bracelet connecté mesurant son rythme cardiaque ? À voir.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos