Le projet personnel de Mark Zuckerberg en 2016 : créer une intelligence artificielle capable de l'aider à la maison et dans son travail.

Mark Zuckerberg commence lui aussi l’année en prenant des nouvelles résolutions. Le fondateur de Facebook nous a habitué à ce genre de déclaration par le passé et on se souvient, entre autres, qu’il s’était décidé à apprendre le  mandarin ou encore à lire deux livres par mois. Dans un billet publié sur Facebook, le multi-miliardaire explique qu’en 2016 — en plus d’apporter internet aux zones qui en sont démunies et partager la quasi totalité de sa fortune — il souhaite : « […] construire une intelligence artificielle pour gérer sa maison et l’aider dans son travail. Vous pouvez voir ça comme une sorte de Jarvis dans Iron Man ». Rien que ça !

IM2_PROLOGUE_VFX_04

Ces dernières années nous avons vu l’émergence d’interfaces utilisateurs qui veulent nous affranchir du traditionnel WIMP (Windows, Icon, Mouse, Pulldown menu ou dans la langue de Fréro Delavega Fenêtre, Icône, Souris, Menu contextuel). Zuckerberg compte profiter des technologies qui sont déjà sur le marché pour mettre à terme son projet. Dans les commentaires de son billet, il affirme son interêt pour le Echo d’Amazon qui permet de contrôler divers services par la voix comme la musique ou la lumière, en soi un centre névralgique pour la domotique.

Recyclage et innovation

Le jeune entrepreneur ne compte pas s’arrêter là : il souhaite que son IA le prévienne en cas de problème dans la chambre de son enfant, reconnaisse certains visages pour leur ouvrir la porte ou encore règle la température de la pièce selon les préférences de la personne qui s’y trouve. Là encore, certains services existants permettent déjà de réaliser ces tâches : on pense notamment au système de surveillance par zone de la caméra Nest et aux différents smart-locks et autres thermostats connectés. Pour l’instant, ces services agissent indépendamment les uns des autres et Mark Zuckerberg entend les unifier pour qu’ils répondent à sa voix.

Pour l’instant, ces services agissent indépendamment les uns les autres et Mark Zuckerberg entend les unifier pour qu’ils répondent à sa voix.

La partie la plus ambitieuse du projet de Zuckerberg est sûrement celle où il souhaite que l’IA « l’aide à visualiser des données en réalité virtuelle pour construire des meilleurs services et mieux diriger ses organisations ». On imagine qu’il utilisera pour cela un Oculus Rift, le casque de réalité virtuelle racheté par son entreprise (sauf si, bien sûr, dans sa lancée il invente l’hologramme).

Par ce challenge, au-delà de contribuer à l’édification de son propre mythe de son vivant, on peut se demander ce que Zuckerberg pourra réaliser en terme d’IA en seulement un an. Il promet de nous tenir au courant tous les mois de l’évolution de son petit projet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés