Facebook doit sortir une version de son réseau social pour les professionnels pour 2016. Des tests sont déjà en cours dans plusieurs entreprises.

Il en est question depuis plus d’un an maintenant : une déclinaison professionnelle de Facebook, afin de convenir aux besoins du monde de l’entreprise. Baptisé « Facebook at Work », le projet est aujourd’hui pratiquement achevé : son lancement est prévu courant 2016, selon le Wall Street Journal, à une date qui reste à déterminer.

Dans les faits, la version professionnelle de Facebook est déjà fonctionnelle. Pas moins de 300 entreprises sur les 60 000 qui ont postulé pour participer au test ont pu partager leur retour d’expérience avec le réseau social au cours des six derniers mois pour que celui-ci cerne mieux les contraintes du monde du travail.

Parmi elles figurent le Club Med, Heineken ou encore la banque royale d’Écosse.

Le cas de la banque royale d’Écosse est d’ailleurs pris comme exemple par le journal pour illustrer l’enthousiasme apparent des entreprises à l’idée de « Facebook at Work ». Après une version de démarrage qui a été utilisée par 500 employés, celle-ci en accompagne désormais dix fois plus. D’ici la fin mars 2016, l’établissement espère qu’un petit tiers de l’ensemble de ses salariés (100 000 en tout) basculera dessus.

Pression sur LinkedIn et Viadeo

Avec « Facebook at Work », c’est le secteur des réseaux sociaux professionnels qui est sous pression. Des services comme LinkedIn et Viadeo ont du souci à se faire si l’entreprise de Mark Zuckerberg décide d’aller au-delà de la simple mise en relation de professionnels qui se connaissent déjà au sein d’une même entreprise, en ajoutant par exemple des fonctions que proposent déjà ces services.

Mais « Facebook at Work » pourrait aussi causer des difficultés aux suites de bureautique en ligne, comme celles de Google et Microsoft.

Il est en effet certain que le réseau social ne se contentera pas de mettre en relation des employés d’une même société : il leur donnera aussi des outils pour travailler — comme, on peut l’imaginer, des options pour éditer des documents — et, autant que possible, avec, à terme, l’objectif d’améliorer sa productivité. Sinon, quel intérêt ?

Cette plateforme « nous permet de communiquer, de discuter, de partager et de résoudre des problèmes par des moyens que les outils traditionnels comme l’e-mail ne parviennent pas à satisfaire », a tenu à souligner Kevin Hanley, directeur du design au sein de la banque. Bref, c’est une logique plus collaborative, plus transparente et moins rigide que « Facebook at Work » prétend proposer.

Favoriser une culture d’entreprise moins hiérarchique, plus collaborative et plus transparente.

Toujours selon le Wall Street Journal, « Facebook at Work » proposera un design assez proche de la version grand public du site et ses fonctionnalités générales ne devraient pas déconcerter les habitués du réseau social. Un compte sur Facebook ne sera pas obligatoire pour profiter de la version du bureau et les deux univers seront bien cloisonnés, afin d’éviter tout mélange des genres. Enfin, une attention toute particulière sera portée sur la sécurité des comptes pour éviter les accès imprévus.

Ironie de la situation, l’éveil de Facebook en tant que réseau social professionnel survient au moment où Viadeo est en déclin sur son terrain de prédilection. L’entreprise française a en effet mis un terme à son aventure chinoise et n’a pas réussi à transformer l’essai aux États-Unis. En conséquence, la question de l’avenir de Viadeo est aujourd’hui posée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés