Le skieur autrichien Marcel Hirscher a frôlé l'accident mardi, lorsqu'un drone qui le filmait s'est violemment écrasé au moment où il dévalait la piste d'une course de slalom en Italie. Un crash qui en rappelle d'autres et qui ravive la polémique sur la sécurité des drones.

Le champion Marcel Hirscher n’a pas semblé s’en rendre compte lorsqu’il a continué à dévaler la piste de slalom lors d’une épreuve de la Coupe du monde de ski, à Madonna di Campiglio en Italie. Mais il est passé très prêt d’un accident potentiellement grave. Un drone de la télévision italienne qui devait survoler la course s’est violemment écrasé sur la neige à quelques mètres à peine du skieur autrichien, qui avait remporté dimanche le slalom géant d’Alta Badia.

Même s’il a préféré prendre la chose avec humour sur son compte Instagram, le champion de ski alpin était légitimement remonté lors d’une interview à Associated Press. « C’est horrible. Ca ne peut plus jamais se produire. Ca peut provoquer une blessure grave », a-t-il condamné.

Le crash d’un drone n’est pas une première, y compris sur des événements sportifs. L’an dernier, un drone utilisé par une entreprise de captation d’images s’était écrasé sur une athlète lors d’une épreuve de triathlon en Australie. Son pilote avait affirmé avoir perdu le contrôle de l’engin, et s’était dit certain d’avoir été victime d’un hacker qui aurait brouillé le canal de communication entre la télécommande et le drone, ou pris lui-même les commandes. Cette année, un particulier a également perdu le contrôle de son drone en survolant un stade de l’US Open de tennis, et l’appareil s’est écrasé dans les gradins, sans faire de victimes.

crash-drone-australie

Des drones professionnels sécurisés

Les drones professionnels utilisés par les chaînes de télévision sont toutefois en principe bien mieux sécurisés que les engins amateurs, et utilisent notamment des dispositifs de redondance pour éviter une perte de contrôle si une fréquence devient inutilisable. Par ailleurs les communications sont chiffrées pour éviter qu’un tiers ne prenne le contrôle de l’engin volant en le détournant. Tous les appareils doivent être certifiés par les autorités aériennes. Mais aucune sécurité n’est infaillible.

Sur les images, le drone de la télévision italienne semble véritablement se précipiter vers le sol, comme si les hélices s’étaient brutalement arrêtées de tourner. Un comportement qui peut s’expliquer par de multiples hypothèses, de la simple panne électrique au piratage en passant par l’erreur humaine du cameraman-pilote.

À notre connaissance, aucune explication officielle n’a pour le moment été apportée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés