Un brevet récemment déposé par Apple dévoile une idée d'un clavier qui intègrerait différent niveaux de pression.

Avec le nouveau Macbook, l’Apple Watch et l’iPhone 6S, Apple a amené dans l’univers du tactile une fonctionnalité plutôt intéressante : la reconnaissance de différents niveaux de pression sur l’écran. Pratique pour déclencher des actions différentes sur des périphériques qui n’ont pas véritablement de « clic »… ou tout simplement faire disparaître l’usage du clic.

Ce qui avait été expérimenté avec le pavé tactile du Macbook pourrait s’étendre aux claviers, si on en croit un brevet déposé par Apple en 2012 et tout récemment publié. Le principe, ce serait d’avoir un clavier aussi plat que possible — qui n’aurait virtuellement pas d’épaisseur — tout en gardant un confort de frappe qui permet d’avoir un « retour tactile », très important pour éviter de taper les mauvaises touches. À terme, on pourrait imaginer une nouvelle réduction de l’épaisseur des ordinateurs portables.

force-touch-keyboard-patent-6

Le brevet déposé décrit d’ailleurs tout à la fois la reproduction d’une frappe sur un clavier et l’ajout de fonctionnalités sur des appuis longs. Sur Mac, il est déjà possible, par exemple, de laisser son doigt appuyé sur les touches « e » ou « o » pour voir toutes les variantes et accentuations possibles de ces lettres. La fonctionnalité serait reproductible sans problème avec Force Touch, qui pourrait aussi servir à d’autres raccourcis : un appui fort sur la touche « baisser la luminosité » pourrait par exemple éteindre l’écran au lieu de l’assombrir progressivement.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés