Près d'1,5 milliards de smartphones et 300 millions de tablettes se sont vendus en 2015. Et beaucoup tombent en panne. En ayant rationalisé et professionnalisé la réparation, l'entreprise de Damien Morin répare les smartphones et les tablettes cassés.

Qui dit explosion des ventes, dit augmentation des casses. Damien Morin est devenu l’homme de la situation. D’abord Save my Computer, puis Save my Smartphone en 2013, ce Français est a l’origine d’un concept de de réparation de smartphone et tablettes fiable, rapide et efficace.

Marché lucratif

Save a fait un calcul assez simple : chaque année, il y aurait 12 % des appareils qui se casseraient dans le monde, représentant ainsi plus de 2 millions de clients potentiels en France et 180 millions dans le monde.

Juste pour le mois de novembre 2015, Save a réparé 28 000 appareils et le chiffre d’affaires de la jeune entreprise augmenterait de 50 % chaque mois. Toujours en 2015, Save a levé 15 millions d’euros dans le but de soutenir sa croissance mais aussi d’étendre son marché à l’étranger. La startup est déjà présente dans quelques pays d’Europe tels que l’Espagne, la Suède ou encore la Suisse.

Save Academy

Save a développé la « Save Academy » qui assure la formation de ses « sauveteurs », la startup a d’ailleurs ouvert 150 corners entre juillet et décembre 2015, portant ses effectifs à 500 employés pour la même année.

Comment faire pour réparer ces appareils ? Save a mis en place trois méthode. En boutique, le client peut bénéficier d’un « service express » directement au comptoir. Les appareils peuvent également être retirés par coursier après avoir pris un rendez-vous au préalable. Save peut également envoyer un colis sécurisé au domicile du client, et l’envoi effectué, l’appareil est réparé en 24 h et renvoyé par courrier.

Côté prix, par exemple, pour faire réparer un iPhone 5C, il faudra compter 150 euros pour faire changer la coque arrière du téléphone et 10 euros pour la réparation du tiroir sim.

Partager sur les réseaux sociaux