Fondation britannique à but non lucratif, Raspberry Pi souhaite démocratiser le bricolage informatique, notamment auprès des enfants, avec ce qu'il compte être les ordinateurs les moins chers du monde.

L’histoire commence en 2006, quand une équipe d’universitaires du Laboratoire d’Informatique de Cambridge a commencé à s’inquiéter de la baisse du nombre et de la qualité des étudiants en informatique. La faute, pour eux, à l’absence de hardware programmable utilisable par des jeunes voire des enfants, contrairement à ce qui était le cas dans les années 80.

Grand comme une carte à jouer

Eben Upton, Rob Mullins, Jack Lang (non, pas le ministre) et Alan Mycroft se sont alors associés avec David Braben, créateur du jeu vidéo Elite qui avait révolutionné le genre en 1984. Ils ont sorti en 2011 la première version du Raspberry Pi : un PCB au format d’une clé USB avec un processeur à 700 MHz et 128 Mo de RAM, le tout pour la modique somme de 25 $.

Depuis, l’association caritative a multiplié les versions, dans des prix allant de 5 $ pour le Pi Zero à 35 $ pour un beau Model B. des processeurs atteignant 1,2 GHz et une RAM allant jusqu’à 1 Go. Ces ordinateurs de la taille d’une carte de crédit tournent de préférence sous Raspbian, un fork de la célèbre distribution Debian de Linux, et se connectent aussi bien à un écran qu’à un clavier et une souris.

Très polyvalents et permettant d’infinis bricolages, les Raspberry Pi commencent néanmoins à s’essouffler, le taux d’équipement notamment des établissements scolaires se rapprochant d’un plafond, et les nouvelles générations du mini-ordinateur à la framboise n’apportant pas d’innovations majeures.

Partager sur les réseaux sociaux