Ancienne startup incubée chez Google, ce studio de jeu vidéo s'est différencié par sa passion pour la cartographie du réel. Désormais indépendant, Niantic est à l'origine du jeu mobile Pokémon Go avec le soutien financier de Nintendo et The Pokémon Company.

L’histoire d’un navire

Niantic est le nom d’un navire qui accosta éternellement à San Francisco, abandonné par son équipage happé par la ruée vers l’or, comme l’explique Forbes, lors de la fondation d’une nouvelle startup Google par John Hanke.

Cet ancien employé de Google a été à Mountain View un des visionnaires de Google Maps. Il a travaillé sur Street View et Earth mais ce passionné de cartographie numérique souhaitait voir plus loin, travailler sur les réalités alternées et le jeu vidéo. C’est alors qu’il fonde à l’intérieur de Google sa propre startup, Niantic, pour explorer et essayer d’inventer des nouveaux paradigmes pour les cartographies de la firme. La société réalisera alors deux applications : Field Trip, une application qui s’ambitionne en guide de voyage en réalité augmentée, et Ingress, un jeu mobile radical et futuriste en réalité alternée.

Ingress sera une vraie révolution pour le jeu mobile, sans toutefois que le jeu ne rencontre le succès de Pokémon Go, lancé quatre ans plus tard avec les mêmes fondations. Ingress propose à ses joueurs de jouer dans la réalité, en s’assistant d’une cartographie made-in-Google. Ils doivent alors prendre possession de portails disposés autour d’eux dans la réalité. Un bon cocktail, mais qui manquait d’un coup de boost marketing.

Nintendo et Google sont dans le même bateau

Lorsque Google devient Alphabet, Niantic prend son indépendance du nouveau conglomérat. Après sa première levée de fonds, l’entreprise recueille des fonds auprès der Nintendo, Google et The Pokémon Company pour 20 millions de dollars. Nintendo et Pokémon ont alors déjà, peu ou prou, débuté les premiers accords pour la création d’un jeu mobile, un domaine dans lequel Nintendo est encore novice.

Naît ainsi l’idée d’un jeu reprenant les principes visionnaires d’Ingress et son rapport à la réalité, accompagnant la franchise Pokémon pour une déclinaison en jeu mobile. Dès 2015, les premières annonces autour de Pokémon Go sont faites et la firme dévoile ses ambitions

Il faudra attendre jusqu’à 2016 pour voir une première beta au printemps et enfin, en juillet 2016 la première version finale apparaîtra sur les boutiques d’application, Android et iOS. Le phénomène qui accompagne la sortie de Pokémon Go débute alors, avec un nombre record de téléchargements malgré une sortie différée à l’échelle internationale.

Partager sur les réseaux sociaux