Fondée en 2006, DJI en trois lettres, est une société qui a vu le jour à Shenzen. On trouve à l'origine de ce pari un passionné de modélisme, Wang Tao. Elle serait aujourd'hui au contrôle de plus 50 % des drones de loisir du marché mondial.

les caméras volantes, nouveau joujou mondial

Avant DJI, il y a Wang Tao. Un jeune étudiant à Hong-Kong, passionné de modélisme et qui comprend bien vite l’envergure du futur marché des drones. Faute de trouver des financements nécessaires en 2006 dans l’ancienne colonie anglaise, le jeune chinois va partir s’installer dans la Sillicon Valley de la Chine continentale, Shenzen.

D’abord seul dans son petit bureau, le tournant se fera dans les années 2010. La tendance lancée par les Go-Pro envahit le marché de la tech. On se met à filmer ce qui n’était pas possible avant, les actions-cameras sont partout et leur aboutissement sera leur envol.

Portées par les nacelles volantes de DJI, les Go-Pro partent à la conquête du ciel pour les amateurs d’images et de sensations. Rapidement utilisés partout et presque par tous, on retrouvera le design original des DJI dans les ombres portées de vidéos à travers le web mais aussi dans les reportages (même français). La marque se targue désormais d’être à la source de plus de 50 % du marché mondial des drones de loisir.

Notons que les caméras-volantes de DJI sont appelés drones seulement en France.

Le nouveau made in china

Dans une interview récente, Wang Tao confiait avoir été longtemps déçu par l’image que l’occident collait à la mention made in China. Il obtient aujourd’hui une belle revanche sur ses concurrents occidentaux. Avec sa maîtrise d’une offre efficace et fréquemment renouvellée, aux prix élevés mais assurés par un rapport qualité-prix digne des grands noms de la tech, DJI évoque un certain renouveau du Made In China. À l’instar des Xiaomi et Huawei, la marque incarne une certaine qualité « à-la-chinoise » qui fait rapidement oublier les grands préjugés occidentaux sur les fabrications chinoises.

Avec une R&D importante et son premier milliard de bénéfice en vue, DJI fait partie de ses sociétés qui change radicalement l’économie chinoise et transforme des villes comme Shenzen en nouvelle Sillicon-Valley. L’excellence chinoise a de beaux jours devant elle, avec ou sans les fameux cerveaux occidentaux.

Partager sur les réseaux sociaux