Le 12 décembre, une fusée Ariane 5 décollera de Guyane avec à son bord quatre satellites qui viendront renforcer Galileo, le système de positionnement satellitaire de l'Union européenne.

On connaît désormais avec précision la date et l’heure de lancement de la prochaine fusée Ariane 5 qui aura pour tâche d’acheminer en orbite pas moins de 4 satellites Galileo : ce sera le 12 décembre, à 19h36. Il s’agira de la dernière mission relative au système de positionnement européen en 2017, les autres étant planifiées à partir de 2018 et jusqu’au début des années 2020.

Chaque décollage constitue une phase sensible pour Arianespace, même si la société française n’a plus connu d’incident majeur depuis belle lurette, signe de son savoir-faire incontestable dans les vols orbitaux. Cela étant, cette mission-ci est sans doute un peu plus sensible qu’à l’accoutumée car il s’agit d’envoyer d’un seul coup quatre satellites capitaux pour le futur « GPS » européen.

Galileo
Un satellite Galileo en cours d’assemblage.
CC Erwin van der Zande

C’est toutefois un défi qu’Arianespace a déjà relevé par le passé : le 17 novembre 2016, elle en expédiait deux paires avec succès. Il s’agissait des satellites 15, 16, 17 et 18 dans la constellation Galileo. Pour la mission de décembre, c’est logiquement les satellites 19, 20, 21 et 22 qui sont concernés. On approche d’ailleurs de la fin, puisqu’il est prévu que la constellation Galileo en compte une trentaine en orbite.

Passé le 12 décembre, les quatre engins spatiaux nouvellement placés à plusieurs milliers de kilomètres de la Terre ne seront pas encore prêts à entrer en service. En effet, il est nécessaire de passer par une phase de calibrage afin de s’assurer que tout fonctionne parfaitement bien. Et cette opération, réalisée à distance par des opérateurs restés au sol, prend quelques mois.

Ce n’est qu’à l’issue de cette étape que les quatre satellites seront déclarés bons pour le service et entreront effectivement dans le service actif.

Partager sur les réseaux sociaux