Des biologistes viennent-ils de signer la fin du mythe du yéti ? En analysant l'ADN d'échantillons supposés appartenir à la créature légendaire, un groupe de scientifiques a établi leur relation avec les ours bruns. « Sans équivoque possible », assurent-ils.

Un simple test ADN et la légende de l’ « abominable homme des neiges » est menacée. Considéré par la majorité des scientifiques comme une créature imaginaire — en l’absence de preuves attestant son existence –, le yéti fait pourtant l’objet de sérieuses études.

Ce travail mené par plusieurs biologistes, et publié dans le journal scientifique Proceedings of the Royal Society B, questionne directement l’identité de la créature que l’on nomme le yéti. Les scientifiques se penchent sur l’histoire des ours vivant dans l’Himalaya, et tout particulièrement ceux du plateau tibétain, situé au nord de la chaîne de montagnes.

Neuf échantillons attribués au yéti

Afin de mettre la légende à l’épreuve de la science, les biologistes ont réalisé des tests ADN sur des restes de poils et de dents qui auraient appartenu au légendaire monstre des neiges. Au total, neuf échantillons ont été confrontés à quinze autres matériaux génétiques appartenant à des ours bruns.

CC Gardner Soule

« Nous montrons sans équivoque possible que cet échantillon provient d’un ours qui se rapproche de l’ours brun de l’Himalaya. De la même manière, nous avons pu déterminer les liens entres les clades de tous les échantillons supposés appartenir au yéti dans cette étude, et en déduire leurs relations phylogénétiques, étayées et résolues, avec les ours vivant sur le plateau tibétain et dans les montages himalayennes environnantes », concluent les biologistes.

Les échantillons supposés attester l’existence du yéti ont été fournis par Icon Film, une société de production qui a réalisé, en 2016, un documentaire retraçant la quête autour de la créature légendaire.

« L’analyse la plus rigoureuse » à ce jour

« À ce jour, cette étude représente l’analyse la plus rigoureuse d’échantillons suspectés d’appartenir à des créatures anormales ou mythiques semblables à des hominidés, suggérant fortement que les ours bruns locaux sont au fondement biologique de la légende du yéti  », écrivent les scientifiques, assenant ainsi le coup de grâce à la légende du terrifiant yéti qui n’était probablement… qu’un gros ours.

Partager sur les réseaux sociaux