La photo n'est pas d'une beauté renversante mais les conditions dans lesquelles elle a été prise et retrouvée la distinguent nettement de tous les autres clichés par la sonde Rosetta.

On pensait avoir récupéré toutes les photographies prises par la sonde Rosetta juste avant son crash à la surface de la comète Tchouri. Que nenni ! Il apparaît aujourd’hui que les scientifiques de l’agence spatiale européenne sont parvenus, en se basant sur les toutes dernières données télémétriques reçues, à reconstituer une ultime image du sol avant la rencontre fatale.

Le cliché en lui-même n’est certes pas le plus réussi ; on a vu des photographies bien plus splendides prises par la caméra Osiris. Mais le fait que cet instantané ait été pris dans des conditions exceptionnelles (à des dizaines de millions de kilomètres de la Terre et à un peu plus de vingt mètres du sol avec la collision) lui donne une visibilité particulière parmi toutes les photos prises.

rosetta
Crédits : ESA/Rosetta/MPS for OSIRIS Team MPS/UPD/LAM/IAA/SSO/INTA/UPM/DASP/IDA

Reste une question : comment se fait-il que ce cliché n’émerge que maintenant ?

L’ESA explique : « pendant les opérations, les images étaient divisées en paquets de télémétrie à bord de Rosetta avant d’être transmises à la Terre. Dans le cas des dernières images prises avant la collision, les données d’images, correspondant à 23 048 octets par image, ont été divisées en six paquets ». Mais il y a eu un problème lors de la transmission des données pour la dernière image.

« Pour la toute dernière image, la transmission a été interrompue après réception de trois paquets complets, avec 12 228 octets reçus au total, soit un peu plus de la moitié d’une image complète. Cela n’a pas été reconnu comme une image par le logiciel de traitement automatique, mais les ingénieurs ont pu donner un sens à ces fragments de données pour reconstruire l’image ».

À lire sur Numerama : Revivez l’épopée de Rosetta pour rejoindre la comète Tchouri

Partager sur les réseaux sociaux