Du nourrisson au bambin : les mêmes habits. Le principe ferait rêver de nombreux parents, las de renouveler la layette tous les six mois : c'était le concept proposé par Ryan Yasin au concours Dyson de l'innovation. Le designer est reparti avec le prestigieux award anglais, laissant à sa marque « Petit Pli » un boulevard pour se lancer à la conquête des bouts de chou.

Des habits qui se déplieraient au fur et à mesure que bébé s’allonge, grandit et devient un bambin, à la manière d’origamis japonais : voici en bref l’idée du vainqueur du Dyson Award anglais de 2017.

À 24 ans, Ryan Yasin entre dans la cour des designers par la grande porte. Pourtant, ses études en ingénierie aéronautique ne semblaient pas l’y prédestiner. Aujourd’hui, il confesse : il y a découvert des matériaux singuliers, absents des collections pour enfants qui pourraient tout changer au petit monde de la layette.

Les touts petits poussent, pas leurs vêtements

Dans ces matériaux, il a travaillé son concept de vêtements dépliants, allant à l’encontre de la faible durée de vie du prêt-à-porter pour nourrisson. Un business connu dans l’industrie pour être juteux : l’obsolescence de chaque pièce peut être rapidement atteinte — entre deux mois et un an, maximum. Ce n’est pas tant que les collections sont fragiles, mais bien parce que les bébés grandissent.

Petit Pli

D’abord réalisée pour ses neveux, sa collection est non seulement légère, mais également résistante à l’eau et recyclable. Il assure en outre que chacun des habits signés par Petit Pli, sa marque, est taillé pour durer de trois mois à trois ans. Côté inspirations, le jeune homme semble avoir puisé du côté des tissus et influences nippones, en admirant des kimonos pliables aux matières industrielles. On pense à Issey Miyake ou encore à Yamamoto pour le rapport à la forme et à l’espace.

Auxétisme

Pour ce qui est de la technique, il s’agissait pour Yasin de développer du textile auxétique — dont le coefficient de Poisson est négatif. Simplement, un textile auxétique va pouvoir conserver sa longueur en s’élargissant, et inversement. Il peut en outre, s’étendre en largeur et en longueur. La chaleur est ensuite utilisée pour fixer la taille souhaitée pour les coupes, en largeur et en longueur.

Petit Pli

Après plus de 500 prototypes, le designer tient la recette magique pour ses tissus et pour développer son Petit Pli. Il explique déjà utiliser sa récompense pour parler à des potentiels investisseurs. Mais engagé dans une production équitable et écologique — durable –, le jeune lauréat voudrait imposer des prix accessibles et des conditions de travail décentes dans les manufactures : une petite révolution pour le textile.

Il concourra fin octobre à la compétition mondiale des Dyson Award, où il affrontera 23 lauréats venant du monde entier. Le gagnant remportera 30 000 $ et une distinction rare dans le monde du design.

Partager sur les réseaux sociaux