L'agence nationale des fréquences prépare l'actualisation de son protocole de mesure. Objectif : mieux évaluer les champs électromagnétiques de certaines technologies du quotidien, comme les objets connectés et les compteurs communicants.

C’est une évidence. En tant qu’agence nationale des fréquences, l’ANFR s’intéresse de très près à l’exposition du public aux champs électromagnétiques. C’est elle qui « veille au respect des valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques qui sont fixées par le décret n°2002-775 du 3 mai 2002 ».

CC Ener356

Mais depuis 2002, l’exposition aux champs électromagnétiques a bien changé, du fait de l’introduction d’une ribambelle de technologies et d’objets connectés.

C’est pour cela que l’ANFR procède ponctuellement à la mise à jour de son protocole de mesure. La dernière révision en date remontait au 23 octobre 2015 avec la sortie d’un arrêté modifiant celui du 3 novembre 2003. Aujourd’hui, l’ANFR entend actualiser une fois de plus son protocole de mesure.

En conséquence, elle lance une consultation publique sur son projet de renouvellement du protocole de mesure. « Cette consultation publique permettra de recueillir l’avis de l’ensemble des parties prenantes sur les évolutions proposées. Une synthèse des réponses sera publiée sur notre site, préalablement à l’entrée en vigueur du nouveau protocole », explique l’institution.

L’ANFR entend en effet prendre en compte certaines évolutions technologiques : « Avec le développement des objets connectés et le déploiement des compteurs communicants, le protocole doit être actualisé , en particulier pour mieux caractériser les niveaux de champs créés par certains objets du quotidien et pour permettre l’évaluation des niveaux d’exposition dans la bande 9 kHz – 100 kHz », lit-on dans le projet.

Ce protocole de mesure « constitue le texte de référence des laboratoires accrédités qui réalisent des mesures sur le terrain. Il permet d’obtenir des résultats fiables et reproductibles », rappelle l’ANFR.

Partager sur les réseaux sociaux