Une équipe d'astrophysiciens de la Nasa et de l'ESA a observé un trou noir supermassif qui a été éjecté de sa galaxie mère.

Les trous noirs sont l’un des phénomènes les plus mystérieux de notre univers qui fascinent les scientifiques du monde entier à cause de leur nature singulière. Récemment, une équipe internationale d’astrophysiciens a observé, lors de plusieurs séances faites avec le fameux télescope Hubble, un trou noir supermassif qui a été éjecté de sa galaxie à une vitesse de 7,5 millions km/h (à cette vitesse on pourrait parcourir la distance entre la Terre et la Lune en 3 minutes seulement)

Avec une masse 1 million de fois plus grande que celle de notre soleil, le trou noir s’est éloigné du centre de la galaxie de 35 000 années lumière.

Stefano Bianchi, un des membres de l’équipe, explique : « Nous estimons qu’il a fallu une énergie équivalente à 100 millions d’explosions simultanées de supernovas pour propulser le trou noir. »

Crédits : ESA/Hubble et Nasa

Un processus de quelques milliards d’années

En effet, les astrophysiciens avaient remarqué la présence d’un quasar (la « signature » énergétique de la présence du trou noir) éloigné du centre de la galaxie 3C186, ce qui est anormal, car ces éléments se trouvent la plupart du temps près du noyau galactique.

D’après eux, deux galaxies se sont combinées 1 ou 2 milliards d’années avant, en fusionnant leurs trous noirs supermassifs. À la fin du processus, le noyau de la nouvelle galaxie a éjecté le trou noir d’un « coup » très intense.

Crédits : ESA et Nasa

Ainsi, Stefano Bianchi souligne les bénéfices de cette étrange découverte : « Si notre théorie est correcte, les observations fourniront des preuves solides que les trous noirs supermassifs peuvent fusionner. Il y a déjà des preuves de collisions entre des trous noirs d’une masse d’une étoile, mais le processus qui concerne les trous noirs supermassifs est plus complexe et pas totalement connu. »

Pour mieux comprendre et étudier les trous noirs, la Nasa lancera des télescopes dans l’espace en 2020.

Partager sur les réseaux sociaux