C'est l'heure de la retraite pour le lapin de jade, surnom du rover lunaire qu'a envoyé la Chine en 2013. Après pratiquement trois ans de service, les autorités ont annoncé l'arrêt de la mission.

L’époque est aux adieux spatiaux. Un peu plus d’une semaine après l’émouvant au revoir donné à l’atterrisseur Philae, qui ne peut désormais plus être contacté faute d’énergie à bord de la sonde Rosetta pour établir une liaison, c’est au tour du petit atterrisseur Yutu, ou « lapin de jade » en mandarin, de tirer sa révérence. Il demeurera désormais silencieux sur le sol lunaire, qu’il foule depuis trois ans.

La mise à la retraite de Yutu a été annoncée mercredi par l’administration d’État pour la science, la technologie et l’industrie de la défense nationale, une agence de l’État qui chapeaute les industries et l’agence spatiales du pays. Ce faisant, elle a mis fin à une mission qui aura duré plus longtemps que prévu : elle devait durer 12 semaines, mais elle a pu être prolongée pendant 31 mois.

Yutu
Yutu.

La carrière du petit lapin de jade a toutefois été compliquée. Après un alunissage réussi en 2013, le rover, qui devait à la fois prendre des photographies en haute définition de la Lune et analyser sa surface, a connu plusieurs problèmes mécaniques qui ont nécessité sa mise en veille pendant des périodes prolongées. Ces désactivations par intermittence ne l’ont toutefois pas empêché de mener à bien ses missions.

Yutu a été envoyé sur la Lune lors de la mission d’exploration lunaire Chang’e 3. Ce faisant, la Chine est devenue la troisième nation à avoir réussi à poser sans encombre un engin sur la Lune, derrière l’ex-URSS et les États-Unis. Dix ans plus tôt, elle avait déjà rejoint le club très fermé des États capables d’effectuer seuls un vol orbital. Et ses ambitions ne s’arrêtent pas là.

La Chine a deux autres missions au programme pour la Lune, en 2017 et 2018

Au second semestre 2017, la Chine prévoit de lancer la mission Chang’e 5 qui aura pour rôle de poser un engin sur la Lune pour y récolter des échantillons puis de repartir en direction de la Terre. Un an plus tard, l’Empire du Milieu enchaînera avec la mission Chang’e 4, qui consistera à alunir sur la face cachée du satellite. Un exploit qu’aucune nation n’a été en mesure d’accomplir jusqu’à présent

À plus long terme, entre 2025 et 2030, le pays escompte envoyer un taïkonaute sur place. Ce serait alors une grande source de fierté par la Chine, qui dépasserait l’ex-URSS dans le classement des nations spatiales, en se hissant au niveau des USA, seul pays qui a réussi à envoyer douze hommes sur la Lune. À l’heure actuelle, le dernier homme à avoir foulé le sol lunaire est Eugene Cernan, le 14 décembre 1972. Il y a 44 ans.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés