Au cours d'une mission de ravitaillement de la station spatiale internationale, la société SpaceX est parvenue à faire revenir avec succès le premier étage de sa fusée Falcon 9.

Mission accomplie pour SpaceX. Dans la nuit de dimanche à lundi, la fusée Falcon 9 a pu décoller de la base de lancement de Cap Canaveral, en Floride, pour une mission de ravitaillement destinée à la station spatiale internationale (ISS). Une opération qui a été l’occasion pour l’entreprise américaine de tester à nouveau le retour sur Terre du premier étage du lanceur.

Il s’agit du cinquième succès pour SpaceX. La société fondée par l’entrepreneur Elon Musk est déjà parvenue à organiser à quatre reprises l’atterrissage de la fusée : une première fois à la fin du mois de décembre, à Cap Canaveral, tandis que les trois fois suivantes ont eu lieu sur une barge océanique située au large des côtes américaines, dans l’Atlantique ( une fois en avril et deux fois en mai de cette année).

La réussite enregistrée ce week-end par SpaceX efface l’échec partiel survenu en juin, avec le crash du lanceur au moment de son retour sur Terre. Un faux pas qui ne remet pas en cause la mission première de la firme, à savoir mettre sur orbite des satellites, puisque les engins d’EutelSat et ABS ont été positionnés correctement à 36 000 kilomètres d’altitude. Lors de ce retour sur Terre, Falcon 9 devait arriver sur une barge océanique.

Si la récupération du premier étage de Falcon 9 s’est déroulée assez rapidement, une dizaine de minutes après le décollage, la mission de ravitaillement vers l’ISS, elle, nécessite plus de temps. La capsule Dragon qui contient environ 2,2 tonnes de fret doit en effet viser correctement la station spatiale internationale, qui circule en orbite autour de la Terre à une altitude de 400 kilomètres.

Aujourd’hui, les missions de SpaceX sont inhabitées. L’entreprise se contente de mettre en orbite des satellites et d’effectuer des missions de ravitaillement vers l’ISS. Mais à partir de l’an prochain, si le cahier des charges de la Nasa est respecté, la société devrait passer à un niveau supérieur en organisant elle-même le transport de spationautes dans la station spatiale et le rapatriement de l’équipage déjà présent.

En attendant, SpaceX accumule de l’expérience. Après le retour réussi du premier étage de Falcon 9, les ingénieurs de l’entreprise ont précédé à une inspection post-atterrissage. Tout semble fonctionnel. Ce qui a fait dire à Elon Musk, qui projette d’envoyer sa capsule sur Mars en 2018, pour préparer sa future colonisation, que sa fusée est déjà prête à redécoller.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés