Le professeur Yan Wang ne porte pas de montre connectée. La raison ? Elles sont un cauchemar pour cet expert de la cybersécurité. Pour nous en convaincre, le chercheur a développé avec son équipe un moyen de récupérer nos codes de carte bancaire, simplement avec une smartwatch.

Si les arguments qui nous poussent à tempérer les ardeurs des constructeurs de montres connectées sont d’ordre logiques et pratiques, nous n’avions pas forcément imaginé le détournement malveillant qu’il pouvait en être fait. En tout cas pas à ce point.

Pour impressionner leur monde lors de la 11ème conférence de l’ASIACCS à Xi’an, en Chine, le professeur Yan Wang et son équipe ont réalisé une expérience déroutante qu’ils expliquent dans une étude publiée pour l’occasion.

L’équipe de chercheurs est parvenue à deviner le code bancaire des possesseurs de smartwatch alors que ces derniers retiraient du liquide sur des distributeurs (D.A.B.). Comment ? En utilisant pleinement les capteurs de positions et de mouvements présents aux poignets des participants, dans leur montre connectée.

2160544145_a2e4ed61df_b

Les montres et autres bracelets connectés disposent de capteurs pour livrer des informations de santé, que ce soit sur la qualité du sommeil ou les efforts physiques enregistrés dans la journée. Mais si les données sont accessibles, le gyroscope peut aussi être utilisé par des hackers pour reproduire les trajectoires de vos mains dans des situations données, afin de retrouver par inversion le code composé sur un clavier…

C’est précisément l’expérience menée par les chercheurs, qui ont décidé de prouver qu’avec seulement une montre connectée, ils pourraient deviner et retrouver les codes bancaires de ceux qui portent les montres lorsqu’ils se rendent à un distributeur.

Avec un peu d’imagination, les moyens de récolter des données sensibles à notre propos sont infinis

Afin de tester son hypothèse, le professeur Wang a réalisé un algorithme particulier qui, à partir des données des capteurs, parviendrait à deviner les codes tapés sur les distributeurs. L’expérimentation aura permis d’obtenir en un essai plus de 80 % de réussite dans l’exercice de prédiction des codes, et au bout de trois essais, l’algorithme devine plus de 90 % des codes bancaires.

money-card-business-credit-card-50987

L’étude précise que cette hypothèse d’attaque n’est certes pas simple, mais les résultats obtenus par les chercheurs devraient donner à réfléchir sur la vulnérabilité de nos objets connectés. Avec un peu d’imagination, les moyens de récolter des données sensibles à notre propos sont infinis.

Enfin, l’étude précise que de telles données, celles des capteurs, ne peuvent être récupérées sur le smartphone de l’utilisateur qu’avec un malware ou en interceptant la communication Bluetooth entre le smartphone et la montre. L’expérience éclaire donc sur certaines fragilités, toutefois l’hypothèse de voir demain de telles attaques se produire en réalité est assez mince.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés