La société Blue Origin a testé avec succès sa fusée réutilisable pour la quatrième fois consécutive. Elle en a aussi profité pour expérimenter le retour sur terre de sa capsule avec un parachute défectueux.

Il s’agissait d’un test absolument crucial pour les ambitions spatiales de Blue Origin. Au cours du quatrième tir destiné à vérifier encore une fois le fonctionnement de sa fusée réutilisable, l’entreprise américaine spécialisée dans l’aérospatial en a profité pour éprouver la sûreté de sa capsule. Car en effet, celle-ci sera amenée à transporter des touristes mais aussi des scientifiques dans les années à venir.

Dans ce cadre, ce ne sont pas trois parachutes qui ont été déployés pour faire atterrir en douceur la capsule de Blue Origin, mais seulement deux. Le groupe fondé par Jeff Bezos — le PDG d’Amazon — cherchait à savoir comment se déroule le retour d’une capsule quand un des parachutes ne se déploie pas, comme par exemple en cas de défaillance survenant au niveau de la trappe abritant les voiles.

L’opération s’est bien déroulée. Sur Twitter, Blue Origin a fait savoir que la capsule a « atterri en douceur » malgré un parachute hors service. Il faut dire que la capsule est aussi dotée d’un système de rétro-poussée qui est conçu pour amortir un peu plus l’atterrissage. Par contre, l’histoire ne dit pas ce qu’il se passerait pour les occupants du vaisseau spatial si un seul des trois parachutes s’ouvrait.

Du côté de la fusée réutilisable employée par Blue Origin, et baptisée New Shepard, la journée s’est également bien passée puisque l’atterrissage s’est déroulé sans souci. Même si les manœuvres sont moins complexes que celles de SpaceX (Blue Origin se contente pour l’instant de faire des « bonds spatiaux » à 100 km d’altitude), il s’agit du quatrième succès consécutif pour l’entreprise.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés