De nombreux fans de FIFA tentent d'organiser un boycott de la célèbre franchise d'EA afin de dénoncer certains bugs et, surtout, de contester des pratiques économiques.

Décidément, Electronic Arts n’aura jamais la paix en cette fin d’année 2017. Pas même le jour de Thanksgiving.

Après Star Wars Battlefront II et Need for Speed Payback, c’est au donc au tour de FIFA 18 d’être pris dans l’œil du cyclone. Sur internet, plusieurs joueurs appellent la communauté à boycotter les promotions du Black Friday. L’un d’entre eux a même lancé une pétition visant à rectifier le tir, précisant noir sur blanc les éléments sur lesquels doivent de pencher les équipes d’EA Sports depuis le passage au patch 1.04 (qui a tout bouleversé).

Il y a donc selon eux des choses à corriger du côté du gameplay, de l’équilibrage et des bugs pouvant offrir des avantages aux tricheurs. Mais il y a également un vrai problème de progression. Encore une fois dans un jeu EA…

#FixFIFA

Dans les colonnes de Polygon, le YouTubeur Goran Popovic, qui s’est fendu d’un document détaillé épinglant FIFA 18 sur Reddit et d’une longue vidéo montrant des bugs sur YouTube, a expliqué qu’il fallait un nombre d’heures incalculable — ou beaucoup d’argent — pour débloquer les meilleurs joueurs dans le mode FUT, très populaire mais désormais très critiqué.

«  Je sais que Ultimate Team a été pensé pour rapporter beaucoup, beaucoup d’argent à EA. Mais le fait est que nous sommes passés d’un bon jeu avec des micro-transactions à un jeu où il est nécessaire de dépenser beaucoup d’argent pour gagner du temps, à moins d’être très chanceux ou de faire partie des meilleurs  » souligne l’intéressé. Une fois n’est pas coutume, il est question de l’avidité d’EA, pointé du doigt pour les mêmes soucis essuyés parStar Wars Battlefront II et Need for Speed Payback.

Les fans de FIFA se réunissent donc derrière le hashtag #FixFIFA pour attirer l’attention d’Electronic Arts et espérer une réaction. Après avoir retiré temporairement les micro-transactions de Battlefront II et revu le système de progression du dernier Need for Speed, l’éditeur doit maintenant se pencher sur sa plus grosse licence.

Partager sur les réseaux sociaux