Vous avez envie de lire de bonnes BD, sans vous lancer dans une série fleuve dont vous ne voyez plus le bout ? Voici notre sélection de 3 titres courts à ne pas manquer.

Au cœur de l’automne, quoi de mieux qu’une bonne BD à lire au chaud, confortablement installé(e) sur son canapé ?

Suivez le guide pour découvrir 3 séries courtes, idéales pour s’immerger dans un univers dépaysant le temps de quelques albums — du moins, au moment de la parution de cet article, pour certaines d’entre elles, encore en cours de publication.

Berceuse assassine

© Dargaud 1997 — Tome/Meyer

De Philippe Tome et Ralph Meyer, Dargaud, 3 tomes — Série terminée

Joe Telenko, chauffeur de taxi new-yorkais, et Martha,  sa femme, clouée de longue date sur son fauteuil roulant, se détestent depuis des années mais vivent ensemble malgré tout. Jusqu’au jour où Joe, à bout de nerfs, décide d’assouvir une envie qui le ronge depuis un moment : tuer Martha. Parviendra-t-il vraiment à passer à l’acte ?

Avec Berceuse assassine, Philippe Tome et Ralph Meyer signent un triptyque aussi original que maîtrisé. Ils relèvent surtout avec brio un exercice délicat : raconter les mêmes événements du point de vue des deux personnages principaux, ce qui amène à comprendre les arguments de chacun(e)… pour finalement mieux nous entraîner vers une conclusion inattendue.

© Dargaud 1997 — Tome/Meyer

L’ambiance, qui fait la part belle à une ville de New York assez trash, les dialogues percutants et le parti-pris graphique des auteurs — des planches aux couleurs sombres, à l’exception du jaune aperçu ici et là, au détour du taxi de Joe Telenko notamment — confèrent une identité unique à Berceuse assassine.

Une référence du polar qui va à l’essentiel le temps de trois albums — disponibles sous la forme d’une intégrale — mémorables.

Le premier tome est disponible à partir de 13,99 €.

L’intégrale est également en vente à 35 €.

Undertaker

© Dargaud 2017 — Dorison/Meyer/Delabie

De Xavier Dorison, Caroline Delabie et Ralph Meyer, Dargaud, 4 tomes

Quand Jonas Crow, croque-mort de son état, se voit chargé d’acheminer la dépouille remplie d’or d’un ex-mineur devenu richissime vers son ancien filon, le trajet s’annonce agité… Son périple l’amènera à rencontrer la gouvernante Rose Prairie et la domestique Madame Lin, deux femmes aux caractères bien trempés qu’il n’est pas près d’oublier.

Si Dargaud n’hésite pas à présenter Undertaker comme « le plus grand western depuis Blueberry », la BD de référence signée Jean Giraud (Moebius) et Jean-Michel Charlier, la comparaison est ici justifiée : Xavier Dorison et Ralph Meyer signent une série captivante.

Ambiance, dessins, personnages, rebondissements, sens du découpage… Undertaker réussit un exploit rare : nous plonger dans l’univers dès les premières pages, même lorsqu’on est réfractaire au genre du western. Jonas Crow s’impose ainsi comme un héros attachant, aussi mystérieux que charismatique, bien aidé par ses acolytes féminines qui tordent le cou aux stéréotypes du genre… et par son vautour domestiqué, Jed.

© Dargaud 2015 — Dorison/Meyer/Delabie

Car la grande force d’Undertaker réside dans la capacité des auteurs à recourir à de nombreux clichés propres au western — dont d’inévitables scènes de fusillade ou de course-poursuite — pour mieux se les réapproprier et les dynamiser grâce à une narration d’une grande fluidité.

En outre, Undertaker propose, à chaque album, une intrigue maîtrisée de bout en bout, qui approfondit la personnalité et les rapports des personnages tout en esquissant la suite de leur périple à travers un cliffhanger bien pensé.

Le premier tome est disponible à partir de 13,99 €.

Les vieux fourneaux

© Dargaud 2017 — Lupano/Cauet

De Wilfrid Lupano et Paul Cauuet, Dargaud, 4 tomes

Malgré leurs 70 ans bien entamés, Mimile, Antoine et Pierrot, trois amis de longue date, ne manquent pas d’énergie. Après le décès de sa femme Lucette, Antoine, effondré, décide soudainement de partir en Toscane pour abattre Garan Servier, riche propriétaire d’une usine pharmaceutique, qu’il a combattu pendant ses décennies de lutte syndicale. Ses deux amis se lancent à sa poursuite avec Sophie, sa petite-fille, dans l’espoir de l’arrêter à temps…

Véritable phénomène d’édition — les 3 premiers tomes se sont vendus à 800 000 exemplaires –, Les vieux fourneaux doit avant tout son statut de BD incontournable à ses trois héros uniques en leur genre, des vieux grognons aussi énervants qu’émouvants, souvent en conflit avec Sophie, qui ne manque pas de fustiger l’égoïsme de leur génération.

© Dargaud 2014 — Lupano/Cauet

Luttes sociales, nostalgie, amour, conflits de génération, enjeux de société très actuels… Les vieux fourneaux traite habilement de tous ces thèmes, avec un humour et une poésie qui font mouche.

Le graphisme léger de Paul Cauuet sert à merveille le scénario de Wilfrid Lupano, fin interprète des conflits et autres secrets qui font la vie des villages typiquement français. Une bouffée d’air frais plus que bienvenue.

Le premier tome est disponible à partir de 11,99 €.

Partager sur les réseaux sociaux