Valve ne sait plus sur quel pied danser avec les notes que peuvent attribuer les joueurs. Après avoir intégré un élément à caractère historique, le géant américain améliore un nouvel outil de pondération.

Le système d’évaluation de Steam ne cesse d’évoluer depuis plusieurs mois. Face à un nombre toujours plus important d’utilisateurs, Valve fait face au réel besoin de rendre sa plateforme la plus claire et saine possible. Or, certains n’hésitaient pas, dans un passé encore récent, à trafiquer les notes pour exprimer leur mécontentement et monter au créneau. Une sanction pour les jeux en question, mais aussi pour les joueurs qui étaient potentiellement intéressés par lesdits jeux.

Dans un premier temps, Valve a rendu obligatoire l’achat pour voir sa note prise en compte dans la moyenne. Puis, il a intégré un histogramme pour isoler d’éventuels pics d’avis négatifs en lien avec une actualité. Aujourd’hui, il a trouvé un autre moyen d’améliorer l’utilité des évaluations.

Le casse-tête de Valve

Valve réfléchit à un moyen de «  rendre les évaluations utiles encore plus utiles  ». Comment ? En revoyant son système de classement des notations des évaluations. Selon ses statistiques (36 679 839 évaluations postées tout de même), les gens utilisent raisonnablement le bouton utile. Mais certains parviennent quand même à fausser les résultats en abusant de cette liberté d’expression. Un fléau que Valve va combattre en procédant à deux changements. Le premier consiste à diminuer le poids de chaque notation individuelle donnée par les comptes ayant tendance à noter les évaluations des autres d’une manière excessive.

En outre, «  les évaluations positives et négatives par défaut apparaîtront sur les pages du magasin dans la même proportion que le score d’évaluation global du jeu  ». Concrètement : si un jeu a une note de 80 %, alors il y aura huit évaluations positives et deux négatives affichées par défaut.

Valve précise qu’il reste encore beaucoup à faire pour faire du système d’évaluation de Steam une aide vraiment pertinente et la moins faussée possible. Il compte notamment se pencher sur l’évolution des scores au fil du temps, un moyen de mieux cibler le ressenti des joueurs ou des cas plus spécifiques (régionalisation).

Partager sur les réseaux sociaux