Découvrez chaque semaine un jeu de société que nous avons sélectionné pour vous (avec amour et passion). Cette semaine, c'est Tokaido qui est à l'honneur.

Longue de 500 km et ponctuée de 53 étapes, la route de Tokaido longe le littoral japonais pour relier les deux villes les plus importantes de l’archipel : Edo (l’ancien nom de Tokyo) et Kyoto. Des relais, installés le long de la route, permettent aux voyageurs de se reposer et de se ravitailler.

Dans Tokaido, le jeu, chaque joueur est l’un de ces voyageurs, dont le but est de faire de ce voyage l’expérience la plus enrichissante possible. C’est donc d’une promenade dont il s’agit, pas d’une course : c’est toujours au joueur à la traîne de jouer.

À son tour, il choisit à quelle station il souhaite s’arrêter, du moment qu’il y reste de la place. Il peut s’agir d’une échoppe où acheter des souvenirs. D’un temple où faire une offrande. D’une rencontre avec un habitant vous proposant une aide bienvenue. D’une source d’eau chaude où profiter de ses vertus. Ou d’un simple panorama à admirer.

Tokaido

Chaque station permet de gagner des points de victoire, mais d’une manière différente et spécifique. Par exemple, chaque pièce offerte au temple rapporte un point. Une collection de souvenirs différents rapporte plus de points que plusieurs identiques. Il faut visiter plusieurs fois le même panorama (rizière, mer ou montagne) pour marquer un maximum de points. Etc.

Le joueur déplace ainsi son pion sur la station choisie, y effectue l’action appropriée, puis c’est au tour du joueur en dernière position. S’il s’agit du joueur qui vient de jouer, il rejoue un nouveau tour. Et ainsi de suite.

Tokaido

Les relais sont des stations particulières, puisqu’il est obligatoire de s’y arrêter pour se reposer. On peut aussi y déguster les spécialités locales pour quelques points de victoire en plus. Mais attention, on ne mange pas deux fois le même plat. Là aussi, c’est la variété qui prime. Et surtout on attend les autres. Dès que tout le monde est arrivé, on reprend la route, en commençant par le dernier, comme d’habitude.

La partie se termine dès que tous les voyageurs ont atteint Edo, le dernier relais. Des points supplémentaires sont attribués en fonction des accomplissements (le joueur ayant fait le plus de rencontres, celui ayant goûté le plus de plats, etc.) et en fonction de la générosité de chacun au temple. Enfin, celui qui en totalise le plus remporte la partie.

Pourquoi c’est bien

Zen, calme, contemplative. Voilà le genre d’ambiances qui ressort d’une partie de Tokaido.

Pas de coup fourré, pas de trahison. Mais un vrai bon et beau jeu familial, agréable à jouer, simple et bon enfant. Le genre de jeu idéal à jouer le soir, au coin du feu, en famille. Cette impression se trouve renforcée par les magnifiques illustrations, colorées, pleines de vie, et pourtant douces et légères en même temps.

Tokaido

Mais attention, le jeu n’est pas dénué de stratégie. Il faut réfléchir à chaque mouvement pour qu’il soit le plus rentable possible. Et observer les actions des adversaires, afin de bloquer les stations qui les intéressent.

Un vrai bon et beau jeu familial, agréable à jouer, simple et bon enfant

De la même manière, les relais sont les points névralgiques du voyage : y arriver tôt est intéressant pour choisir son repas, mais être le dernier permet de repartir avant les autres et d’avoir la voie libre.

Tokaido

Deux extensions viennent enrichir le jeu de base grâce à quelques ajouts, mais sans le complexifier. Crossroads offre plus de choix aux joueurs en proposant un second effet à chaque station. La deuxième, Matsuri, qui ne peut être jouée qu’en complément de la première, rythme le voyage au travers des festivités traditionnelles japonaises.

L’important, ce n’est pas la destination, c’est le voyage. L’auteur de Tokaido l’a bien compris. Alors n’hésitez pas à marcher dans ses pas.

  • Tokaido est un jeu d’Antoine Bauza
  • Illustré par Xavier Gueniffey-Durin (Naïade)
  • Édité par Funforge
  • Pour 2 à 5 joueurs à partir de 8 ans
  • Pour des parties d’environ 45 minutes
  • Au prix de 32,90 € chez Philibert

Les liens de cet article sont affiliés : si vous trouvez votre bonheur grâce à nous, nous touchons une petite commission. On vous explique tout ici.

Partager sur les réseaux sociaux