Du 3 au 5 novembre 2017 aura lieu la BlizzCon, la conférence annuelle de Blizzard. À cette occasion aura lieu la phase finale de la Coupe du Monde Overwatch, une compétition à laquelle participe l'équipe de France. Numerama a pu aller à sa rencontre.

Depuis 2016, Blizzard organise chaque année une coupe du monde dédiée à Overwatch dont la phase finale se déroule pendant la BlizzCon, la convention annuelle de l’éditeur américain. L’an passé, l’équipe de France était parvenue à se hisser en quart de finale, ce qui n’était pas un mince exploit étant donné qu’elle n’était pas uniquement composée de joueurs professionnels.

Cette année, l’approche est complètement différente. Les trois membres du comité de sélection choisis par la communauté ont décidé de rassembler des joueurs pros. Et pas n’importe lesquels puisqu’il s’agit de ceux qui composaient jusqu’à il y a peu l’équipe Rogue. Six joueurs français, qui ont déjà gagné de nombreux titres et tournois, ensemble ou séparément sur d’autres jeux, et qui sont habitués à jouer ensemble.

Cette version beaucoup plus performante de l’équipe de France est-elle en mesure de se distinguer lors de la phase finale de la coupe du monde Overwatch ? Numerama est allé à sa rencontre et a pu s’entretenir avec l’un de ses membres et un représentant du comité de sélection. L’occasion de revenir, entre autres, sur la phase de poules qui a eu lieu cet été et les objectifs pour la compétition.

rogue-overwatch-esport-troma-knoxxx
Mathias Szanto, alias Troma, membre du comité de sélection, et Jean-Louis Boyer, alias KnOxXx, joueur de l’équipe de France.

Numerama – Tout d’abord, pourriez-vous vous présenter et nous dire quel est votre rôle dans l’équipe de France ?

KnOxXx – Mon rôle en tant que joueur dans l’équipe de France c’est de jouer main tank [celui qui encaisse les dégâts et protège ses alliés, ndlr]. Je n’en ai pas d’autre.

Troma – De mon côté, mon rôle était de sélectionner les joueurs. Aujourd’hui, c’est de faire le lien entre la communauté et les joueurs, de gérer la communication interne et d’aider à l’organisation, de créer des outils, notamment pour les réseaux sociaux et le site.

Dans quel état d’esprit abordez-vous cette coupe du monde, puisque vous représentez non plus seulement votre équipe mais aussi votre pays ?

K – C’est un moment très fort et très important de représenter sa nation à travers le jeu, comme les sportifs le ressentent (lorsqu’ils portent nos couleurs), on ressent la même chose.

« C’est un moment très fort et très important de représenter sa nation à travers le jeu »

Vous n’avez pas hérité d’adversaires faciles pour ce début de tournoi…

K – Effectivement, on sait ça sera difficile parce qu’on a des matchs très compliqués qui arrivent : on va rencontrer la Chine en quart de finale et sûrement la Corée du Sud en demi-finale. Pour remporter cette coupe du monde, on va devoir battre, selon moi, les deux meilleures équipes du tournoi, la Chine et la Corée du Sud. Il y aura un exploit à faire pour gagner cette coupe du monde.

La coupe du monde de 2016 était un évènement communautaire, où les équipes étaient notamment composées d’un mélange de joueurs pro et de YouTubeurs. Cette année, les équipes sont composées uniquement de joueurs professionnels. Est-ce que c’est mieux ainsi ? Pourquoi ?

K – C’est évident que c’est mieux. Le format d’une coupe du monde, c’est de voir s’affronter les meilleurs de chaque pays, peu importe la discipline, d’ailleurs. L’année dernière, c’était davantage pour faire la promotion du jeu. Ce n’était pas une compétition très compétitive. Là, c’est le cas. C’est évident qu’il faut aller chercher les meilleurs joueurs. C’est aussi une introduction aux futures coupes du monde qui vont arriver sur d’autres jeux et pourquoi pas aux Jeux olympiques.

T – Je pense que c’est très positif, notamment pour la communauté, puisqu’elle avait besoin de voir des matchs du plus haut niveau possible. Évidemment, avec des joueurs professionnels, on répond à cette demande. Il y avait eu des retours assez mitigés par rapport aux équipes mixtes. Là, avec des joueurs qui sont très efficaces en club, ça permet de mobiliser plus facilement la communauté. En plus, ça attise le sentiment d’identification et d’appartenance en jouant sur l’esprit national et la mobilisation qu’un tournoi international rassemblant les meilleurs joueurs peut provoquer.

Les six membres de l’équipe de France.

En 2016, l’équipe de France avait perdu en quart de finale contre la Russie au terme d’un match serré (2 à 1). Cette année, avec uniquement des joueurs professionnels renommés, quelle est l’ambition pour parler de compétition réussie ?

K – L’objectif, c’est évidemment de ramener la coupe. On sait qu’on a le potentiel pour y parvenir. On l’a prouvé depuis des mois. Cette équipe de France, qui est aussi l’équipe professionnelle Rogue, est en mesure de gagner contre toutes les meilleures équipes du monde.

On observe un soutien grandissant de la communauté française d’Overwatch. Vous avez même reçu les encouragements du monde politique avec Denis Masséglia et Mounir Mahjoubi. Qu’est-ce que vous cela vous inspire ?

T – Nous nous sommes vraiment sentis honorés par ce soutien. Quand on a créé le projet « Avec le 6 », qui servait d’élément fédérateur, on ne pensait pas que cela en arriverait jusque-là. Le soutien de l’État a vraiment été quelque-chose de très gratifiant, qui apporte encore plus de crédibilité au projet.

Vous faites partie de l’équipe de France d’un jeu vidéo… Vous auriez dit ça il y a 5 ans, beaucoup vous auraient peut-être ri au nez, est-ce le cas encore aujourd’hui ? Le regard sur l’eSport est-il en train de changer ?

K – Pour parler de mon expérience, on m’a ri au nez quand j’ai annoncé à ma famille que j’allais arrêter mon boulot pour faire de l’esport (rires). J’étais dans l’informatique et je venais d’avoir une promotion, en plus (rires) ! J’étais passé cadre informatique et puis je dis, non, maintenant, je me casse ! J’arrête tout ça !

C’est vrai que dans les mœurs, en France surtout — parce que je ne vais pas parler de l’international alors que des pays sont très en avance sur nous au niveau des mentalités par rapport à l’eSport — on a encore du chemin à faire. La génération des 40-60 ans n’a en majorité aucune idée de ce qu’est l’eSport. Elle n’imagine pas que cela peut être un métier à part entière, qu’on peut en vivre.

C’est vrai qu’encore aujourd’hui, on peut en rire. Enfin, ils ne vont pas rire, parce qu’être dans une équipe de France, c’est quand même quelque chose de grand et de fort. Mais ils peuvent se dire : « ça existe, ça ? C’est vrai ? Il peut y avoir une équipe de France ? »

KnOxXx, lors d’un match d’exhibition.
Crédits : Benjamin Martinet / Webedia

Ils sont peut-être plutôt surpris…

K – Ils sont surpris. Voilà, c’est plutôt de la surprise. Ils se posent des questions. Mais, les mentalités évoluent quand même beaucoup. Je le vois dans ma propre famille, du côté de mes cousins, de mes neveux, ils suivent mon actualité. En fait, cette génération-là — on va dire les 10-30 ans — suit énormément l’esport. Ou elle commence à le faire. D’ici dix ans, on  verra une explosion du sport électronique et ça va être génial. On va avoir une reconnaissance complète de cette discipline en tant que sport à part entière.

Il faut dire que l’argent est en train de suivre…

T – C’est générationnel. Plus le temps passe et plus les jeunes s’y intéressent. Dans certains pays, comme les États-Unis, l’eSport commence à dépasser les chiffres de certains sports plus classiques. Je ne sais plus si c’est pour le baseball ou le basket, mais les analystes se rendent compte qu’il y a beaucoup plus de jeunes qui regardent du sport électronique. Dans quelques années, cela va générer énormément d’argent.

K – Les économistes ont pronostiqué cette tendance. J’en avais vu certains simuler l’économie de l’eSport et ça montait au milliard…

T – Bien sûr.

K – …à une échelle de temps de quatorze ans, il me semble.

T – C’est pour ça d’ailleurs que les clubs de sport traditionnel, pourquoi ils se jettent là-dedans ? Parce qu’ils sentent qu’il y a une ouverture : dans le football [mais pas que, ndlr], il y a le PSG et d’autres équipes, comme Monaco.

En pratique, comment les joueurs et le comité préparent la compétition ? Combien d’heures d’entraînement cela représente-t-il ?

T – Du côté du comité de sélection, c’était surtout l’amélioration de la communication extérieure. C’était le volet principal. Ce qui nous a aussi mobilisé, c’est la communication interne, faire le lien entre les joueurs et le comité. On a aussi aidé sur l’aspect soutien mental, parce que mine de rien, ça compte aussi. Énormément.

On a aidé sur l’aspect logistique et même sur le visionnage des replays : par exemple contre le Danemark, on a décelé une stratégie la veille du match, on a averti les joueurs et le lendemain, ils ont pu la contrer immédiatement. Si vous voulez, on était beaucoup plus axés sur la communication parce que c’est notre spécialité, mais au final nous étions contents d’apporter quelque chose de plus.

Affrontement autour d’un point à capturer.

 

K – Pour l’équipe, c’est simple : on est la plupart du temps à six jours d’entraînement par semaine. Il arrive même parfois que l’on fasse des entraînements sept jours d’affilée et juste avant les compétitions, on ne s’arrête pas de s’entraîner. En moyenne, c’est du six heures par jour mais ça peut varier fortement. Ça dépend aussi des disponibilités des adversaires. Entre ces sessions, on a des blocs d’une heure ou deux de stratégie, notamment avant et après des matchs, pour des débriefings, pour préparer des plans par rapport aux adversaires et pour organiser les objectifs d’entraînement.

En termes de confrontation, d’ailleurs, qui affrontez-vous ?

K – Avec l’arrivée de la Ligue Overwatch, il y a eu une rupture. Les équipes se sont dissoutes en grande majorité [dont Rogue, ndlr]. Il y a eu beaucoup d’équipes Overwatch Contenders qui se sont formées mais elles ne sont pas encore toutes prêtes, donc on ne peut pas les jouer. C’est très rare, on n’en a joué qu’une seule, il me semble. En règle générale, nous jouons des équipes de Ligue Overwatch ou de coupe du monde.

Vous jouez toujours les personnages qui vous sont assignés ou vous préparez aussi des stratégies vous faisant jouer d’autres héros, si une certaine composition se dresse face à vous ?

K – On a tous un rôle prédéfini et on connaît toutes les stratégies du jeu. Des nouvelles stratégies qui sortent d’un coup, ça n’existe pas. Le jeu a certes évolué avec le temps, mais ça n’arrive jamais de se retrouver face à un obstacle nous obligeant à tout changer.

Je connais les personnages que je dois jouer et si l’adversaire suit une stratégie particulière, on sait comment réagir, tout le temps. En clair, on a déjà préparé notre pool de héros. Chaque personne dans l’équipe doit se préparer à jouer trois, quatre, cinq ou même six héros. Moi, j’en ai trois : Winston, Reinhardt ou Orisa, et je ne changerai pas : par rapport à l’équilibre actuel du jeu et nos plans, je ne vais surtout pas commencer à jouer autre chose.

Winston, un gorille ayant subi des expériences scientifiques.

KnOxXx, comment en êtes-vous arrivé à jouer Winston ?

K – C’est le destin qui m’a forcé à jouer Winston. À la base, je suis un joueur de support, Lúcio, et un leader d’équipe. C’est moi qui donnait le tempo pour l’équipe au niveau des mouvements, des phases d’attaque ou de repli.  Il y a eu une transition avec deux joueurs qui nous ont quittés. Deux Suédois, de l’ancienne équipe Rogue. Et on a ensuite intégré deux nouveaux joueurs, français cette fois.

La question se posait de savoir qui allait prendre le tank. Est-ce qu’on recrute quelqu’un ? Il y a eu pas mal de débat en interne et au final je me suis retrouvé sur ce poste. C’était un peu un pari pour moi, voir si je pouvais tenir ce rôle. J’ai bossé comme un dingue pour être au top niveau. J’aurais pu me casser la figure, je n’avais jamais vraiment joué tank à très haut niveau. C’était dangereux. Mais je pense avoir prouvé que je suis capable de jouer ce personnage à haut niveau.

T – Je voudrais ajouter quelque chose. Il est trop humble pour le dire mais en fait il était considéré comme l’un des meilleurs leaders au monde sur le jeu Team Fortress 2 et c’était la même chose quand il était leader avec Lúcio, sur Overwatch.

Quel regard portez-vous sur votre phase de qualification ? Êtes-vous entièrement satisfaits de votre prestation ?

K – Non. Nous ne sommes pas tout à fait satisfaits de la prestation [la France a gagné ses 4 matchs de qualification, en concédant néanmoins 2 manches contre la Thaïlande et le Danemark, ndlr]. On pense avoir raté deux matchs, parce qu’on n’était pas à notre niveau habituel. Bon, on assuré l’essentiel quand même. Finalement, notre performance n’est pas mauvaise, mais c’était quand même très chaud.

« On pense avoir raté deux matchs pendant les qualifications »

Vous avez quand même battu tout le monde…

K – On a battu tout le monde, mais dans la douleur ! Surtout contre la Thaïlande et le Danemark, justement. Je pense que sur ces matchs, on n’était pas vraiment au top.

Avez-vous changé certains aspects de votre jeu ou de votre stratégie depuis la phase de qualification à Shanghai ? Si oui, lesquels ?

K – Alors, je ne vais pas dévoiler toutes nos stratégies (rires) ! Mais, ce qui nous a souvent été reproché, c’est un manque de diversité, de flexibilité dans notre jeu, quand on jouait chez Rogue comme dans l’équipe de France. Nous avons énormément travaillé sur la variété de notre jeu et sur les stratégies et on en a préparé plein, qui prennent aussi en compte le changement de méta, puisqu’il y a eu des héros qui ont été renforcés. On a beaucoup diversifié notre style de jeu, mais je ne vais pas donner les détails (rires).

Les premiers adversaires de la France ne sont pas simples…

Vous affronterez la Chine en quart de finale puis, en cas de victoire,  le vainqueur du match Corée du Sud – USA en demi-finale. Que pensez-vous des équipes qualifiées ? Y a-t-il des surprises à vos yeux ?

K – Je pense que la seule surprise parmi toutes les équipes du tournoi, c’est l’Angleterre. Son équipe a fait une très bonne performance et je pense que tout le monde a été surpris. Pour les autres, c’était attendu.

Pour notre bracket, a priori on voit plutôt la Corée du Sud gagner contre les USA. Contre la Chine, je pense que ça sera du 50/50. Ce ne sera pas facile du tout.

On connaît le niveau de la Corée du Sud, qui a remporté remporté la Coupe du monde en 2016 et fait figure de favorite cette année, mais qu’en est-il de la Chine ? Elle a montré pendant ses matchs de qualification un niveau de jeu impressionnant…

K – Pour moi, la Chine et la Corée du Sud sont les deux pays favoris du tournoi. Ils ont largement le niveau pour gagner et si on perd contre la Chine, je la vois même peut-être battre ensuite la Corée du Sud. Elle a en effet vraiment montré un très gros niveau de jeu [la Chine a battu la Thaïlande, la Roumanie, la Norvège et Hong Kong sans concéder une seule manche, ndlr] et ses joueurs ont clairement leurs chances pour aller jusqu’au bout. Mais autant que nous !

Soldat : 76, un héros qu’apprécie beaucoup aKm, un joueur de l’équipe de France.

Les équipes professionnelles en Corée et en Chine suivent une méta assez différente des équipes européennes et américaine. Cela influe-t-il sur votre préparation, sur vos compositions d’équipe et sur la façon dont vous allez jouer ces matchs contre eux ?

K – Si l’on regarde les matchs en Asie, il n’y a pas une énorme différence par rapport à ce que l’on peut voir en Occident. En Europe, on a peut-être tendance à jouer un peu plus sur des métas tanks, et encore. Ce qui se passe souvent à l’international, c’est qu’on regarde ce que fait la Corée et tout le monde suit. Il faut quand même être réaliste.

La Corée du Sud travaille énormément sur la réflexion de jeu, sur les compositions, surtout qu’aujourd’hui, il n’y a pas d’équipe américaine ou européenne en mesure de sortir d’un coup une nouvelle méta qui bat tout le monde. Non. Le niveau de jeu, c’est en Corée. C’est là où ils sont forts. Sur l’analyse du jeu, ils sont très forts. Ils sont tellement forts que tout le monde regarde ce qu’ils font et essaie ensuite de reproduire. Il n’y a pas vraiment de changement de style de jeu d’un continent à l’autre. Après, ce qui caractérise peut-être un peu plus les Coréens, c’est qu’ils sont très agressifs. Ça, pour le coup, ils sont très, très, très agressifs.

T – Et ils sont très réactifs. Ils changent beaucoup de personnages, ils s’adaptent en permanence.

K – Ils s’adaptent tout le temps. Il y a une composition en face ? Alors ils changent complètement leur composition.

Joueur sud-coréen de StarCraft 2
Les joueurs coréens sont extrêmement forts, notamment à StarCraft 2.
Crédits : Blizzard

Alors qu’en Occident, on persiste peut-être un petit peu pour voir ce que ça pourrait donner…

K – On persiste… on est moins dans le counter-pick [prendre un autre personnage pour contrer la stratégie de l’adversaire ou un héros spécifique choisi par l’équipe d’en face, ndlr]. En Europe, on est un peu plus sur : «  J’ai ma stratégie, je reste dessus, on va voir si ça passe ou ça casse ».

T – J’ajoute que la Corée du Sud est impressionnante dans le sens ou elle a des analystes qui poussent tellement les choses loin qu’ils sont capables d’analyser des schémas de déplacement d’un joueur adverse.

On a vu lors de vos matchs récents SooN sur Chacal, aKm sur D.Va… Préparez-vous d’autres surprises pour les futures matchs à la BlizzCon ? Un Bastion d’attaque ? Une Ange au pistolet ?

K – (rires). On va avoir des stratégies, notamment quelques-unes que même certaines équipes n’ont jamais joué. Nous en avons d’ailleurs une pour une carte en particulier. Si on joue dessus, on l’appliquera, parce qu’on l’a énormément pratiqué en entraînement et ça passe tout le temps. On s’est rendu compte que c’est très fort et c’est très original.

BlizzCon
Quelles annonces espérer pour Overwatch à la BlizzCon 2017 ?
CC Rafael Nepô

J’imagine que vous ne pouvez pas nous donner le nom de cette carte…

K – Hé non (rires) !

La BlizzCon est l’occasion pour Blizzard de révéler des grosses nouveautés pour chacun de ses jeux. Qu’attendez-vous comme annonce concernant Overwatch ?

T – Je dirais plutôt un héros de type support. Ça manque actuellement. Et je pense que cela pourrait compléter le roster de façon sympathique.

Et un héros support qui ferait quoi ? Vous auriez une idée de la manière dont il se comporterait en jeu ?

T – Pas tellement ! Le gameplay qu’est capable de créer Blizzard sur des héros est souvent inattendu. On est très loin de pouvoir anticiper ce que le studio peut faire. Ce qui est certain, c’est qu’il aura un style totalement différent des autres. Peut-être qu’il va  chambouler la méta.

paris2024-jo-olympiques
Et si l’esport arrivait aux JO ?
CC kayaba.cos

Que pensez-vous de l’idée d’intégrer l’eSport aux Jeux olympiques ? Comprenez-vous la critique du Comité olympique qui refuse les jeux dits « violents » ?

T – Je peux comprendre cette critique, mais Blizzard a fait un jeu qui est édulcoré. Ce n’est pas un Battlefield, ce n’est pas un Call of Duty. Il n’y a pas de sang. La violence reste assez mesurée, même s’il y a effectivement des tirs. Je pense donc que ça pourrait passer pour les Jeux olympiques.

K – Je pense que c’est un faux argument. On voit par exemple aux JO d’hiver des épreuves dans lesquelles on tire sur des cibles avec des fusils. On montre des armes à la télévision. On pourrait retourner l’argument sur certaines disciplines classiques déjà intégrées aux JO.

T – Comme les arts martiaux. Ou l’escrime.

K – À l’escrime, ils se battent, ils peuvent se blesser. Il y a des chutes, des accidents. Il y a aussi des choses choquantes qui peuvent arriver dans le sport. Ça peut marquer le jeune public. Il y a toujours eu cet argument qui me parait faux selon lequel le jeu vidéo apporte de la violence à l’enfant, qu’il peut provoquer des troubles psychologiques. Il y a eu des histoires de ce genre. C’est du délire ! La réalité, c’est qu’on utilise le jeu vidéo pour soigner les enfants atteints de divers troubles autistiques. Le jeu vidéo est plutôt curatif. C’est juste qu’ils ne sont pas prêts. Ils vont l’intégrer bientôt, les mentalités vont évoluer.

Un dernier mot à ajouter ?

T – Nous remercions énormément la communauté pour tout ce qu’elle a fait, tout ce qu’elle a apporté, notamment sur les réseaux sociaux. Et on remercie également Blizzard pour avoir imaginé un tel jeu et de lui avoir donné les moyens de le rendre compétitif.

Merci KnOxXx et Troma, et bonne chance pour la compétition.

avecle6-rogue-overwatch
Crédits : Benjamin Martinet / Webedia