Electronic Arts a décidé de mettre fin aux activités du studio Visceral Games, à l'origine de la franchise Dead Space. Il travaillait aussi sur un jeu Star Wars prometteur depuis plusieurs années.

Il y a du rififi du côté de chez Electronic Arts. Alors que Star Wars Battlefront II s’apprête à sortir pour le plus grand bonheur des fans, un autre jeu vidéo adapté de la célèbre saga vient de prendre du plomb dans l’aile.

En charge de son développement, le studio Visceral Games (Dead Space) a en effet été fermé par le géant américain, qui a évoqué un «  changement significatif  » derrière la volonté de «  créer des expériences auxquelles les gens veulent jouer  ».

Le titre Star Wars en question, dont on n’a jamais vraiment vu la couleur, n’est pas annulé. Mais il a été repoussé au-delà de l’année fiscale 2019.

Inquiétudes

Depuis 2014, Visceral Games travaillait donc sur un jeu d’action-aventure très linéaire et axé sur la narration, sous l’égide d’Amy Hennig (elle fut directrice créative sur les Uncharted de Naughty Dog). D’après les déclarations du vice-président Patrick Söderlund, publiées sur le site officiel, les premiers retours n’ont pas été convaincants et l’intéressé parle d’un «  besoin de revoir totalement le design  ».

Les fondamentaux — graphismes époustouflants (via le moteur maison Frostbite), fidélité à l’univers Star Wars et volonté de proposer une vraie histoire — perdureront mais cette production sera plus variée qu’à l’origine. In fine, un changement de genre n’est pas à exclure et on aura peut-être davantage droit à un Assassin’s Creed-like qu’à un Uncharted-like.

Et c’est donc EA Worldwide Studios qui va reprendre les rênes du projet, en compagnie d’EA Vancouver, qui planchait déjà dessus. Il n’est en revanche pas certain qu’Amy Hennig suive la tendance, comme l’a rapporté un porte-parole à nos confrères de chez Polygon. Des discussions sont en cours. Les salariés de Visceral Games sont forcément très touchés par cette stratégie et Electronic Arts promet de relocaliser une majorité de personnes au sein de ses antennes.

Partager sur les réseaux sociaux