PLAYERUNKNOWN'S BATTLEGROUNDS connaît actuellement un succès florissant et qui n'en démord pas. Mais Bluehole doit actuellement gérer l'accumulation de critiques négatives signées par des joueurs mécontents.

Rien n’est jamais tout beau tout rose. Surtout pas dans l’industrie vidéoludique. Bluehole l’a appris à ses dépens en observant son PLAYERUNKNOWN’S BATTLEGROUNDS victime de review bombing, une pratique de lobbyiste 2.0 permettant aux joueurs d’exprimer leur mécontentement en plombant les notes publiques d’un jeu. Concernant PUBG, la hargne vient surtout des Chinois qui pâtissent de serveurs locaux souffreteux et qui n’hésitent pas à utiliser un VPN pour jouer dans les zones où l’herbe est plus verte et portes moins longues à ouvrir.

Un problème qui handicape tout le monde même s’il faut rappeler que le battle royal game est toujours en accès anticipé — et donc en bêta avant sa sortie officielle.

Des joueurs chinois mécontents

Apparemment, la cause vient surtout de l’apparition insistante d’une publicité in-game faisant la promotion d’un VPN tiers, encourageant in fine les joueurs chinois à l’utiliser pour une expérience plus confortable. Le hic pour la communauté tout entière ? Les autres se plaignent qu’ils apportent leurs lags avec eux, ce qui peut conduire à des parties injouables en leur conférant des avantages certains.

Les utilisateurs se sont donc exprimés contre cette publicité d’un VPN, estimant que, déjà, son existence même au sein d’un jeu payant est condamnable. Ensuite, en mettant en exergue ce logiciel, le studio Bluehole ne donne pas une bonne image, privilégiant un substitut plutôt que de s’occuper lui-même du problème à la source. Sur ce point, on ne manquera pas de mentionner l’éventuel rapprochement avec Tencent, le géant chinois. Cela ne doit pas être qu’une coïncidence : pour lancer correctement PUBG dans un territoire vaste comme l’est la Chine, Bluehole a besoin d’un soutien de poids et d’expérience.

On rappellera que le review bombing a perdu un peu de son pouvoir récemment, Steam ayant ajouté une donnée d’historique aux notes partagées par les utilisateurs. Il n’empêche, les 20 000 et plus évaluations négatives essuyées par PUBG ces derniers jours forment un grain de sable dans son incroyable success story.

Partager sur les réseaux sociaux