Une tasse rouge et un mug bleu qui se battent contre tout et n'importe quoi ? C'est Cuphead, l'indé aussi attrayant que cruel.

Avec sa direction artistique pas piquée des hannetons, Cuphead est le genre de production qui ne passe pas inaperçue. Inscrit dans le programme ID@Xbox, une fierté de Microsoft, et mettant en scène deux bonhommes en forme de récipient à boire du café ou du thé (une tasse et un mug pour être précis), le titre développé par Studio MDHR est un jeu aussi mignon que déroutant par sa difficulté extrême et d’un autre temps. Un futur bijou en somme.

Mignon et cruel à la fois

De loin, Cuphead est un dessin animé des années 30 : un style vieillot malgré des effets visuels en veux-tu en voilà et une bonne dose de détails, des bonhommes à la bouille charmante et une musique jazzy inédite (trois heures d’enregistrement). Autant dire qu’il donne vraiment envie de prendre la manette, surtout si on est jeune. Sauf qu’en substance, Cuphead se vit comme un défi intense, très peu permissif et terriblement punitif. Comme s’il était un jeu des années 30.

Plus concrètement, Cuphead appartient au genre run and gun, soit avancer et tirer. Cela sous-entend des phases de plateforme hardcore avec des décors remplis de pièges et des ennemis qui ne cessent d’apparaître pour nous emmener toujours plus près du game over. Pour se défendre, nos deux petits héros de fortune balancent des projectiles (différentes armes et pouvoirs au programme) et peuvent sauter et dasher pour repousser au maximum l’échéance (la mort si vous n’aviez pas compris).

Quelques minutes de gameplay suffisent pour se rendre compte ô combien la difficulté sera élevée. Et on n’a même pas parlé des boss, découpés en plusieurs phases pour faire durer la sentence et demandant un sens du timing assez fou pour une concentration à toute épreuve.

Die & Die & Die & Retry

De fait, Cuphead devient vite un Die & Retry, soit ce type d’expérience qui va exiger aux joueurs de la maîtrise, de la patience et de l’abnégation. Afin de les aider un peu, Studio MDHR a pensé à des objets bonus que l’on débloque avec des pièces à ramasser (exemple : un carré de vie en plus) et un mode facile. Les développeurs offrent surtout la possibilité de parcourir l’aventure en duo sur le même écran, ce qui occasionne autant de bordel que l’espoir d’en voir le bout. Les puristes pourront même y retourner avec un New Game + encore plus ardu.

Attendu pour le 29 septembre prochain sur Xbox One, Steam et Windows 10, Cuphead cultive donc ce paradoxe du jeu qui vous veut autant de bien, par sa forme cartoon, que de mal, par son gameplay diabolique. Un futur bijou en somme.

Partager sur les réseaux sociaux