Battlefield 1 est sorti en octobre 2016. Entre temps, Electronic Arts a multiplié les annonces, dont quelques unes lors de la Gamescom. Après avoir vendu plus de 15 millions d’exemplaires, comment l’éditeur américain compte t-il retenir les joueurs ?

Electronic Arts a profité de la Gamescom pour dévoiler sa stratégie autour de son titre phare, Battlefield 1. Il faut dire que les DLC s’enchaînent, avec de nouvelles armes et de nouvelles cartes, de nouvelles nations et des modes de jeu supplémentaires.

Battlefield 1 Revolution : objectif nouveaux joueurs

Pour cela, Electronic Arts et DICE ont prévu de sortir une version qui réunira l’ensemble des contenus passés, présents et futurs : Battlefield 1 Revolution. Une annonce qui a mis en colère une poignée de joueurs : ceux qui avaient mis la main au portefeuille pour s’acheter le pack Premium avec quatre extensions à 50 euros.

En effet, Battlefield 1 Revolution est vendu à 60 euros, pour PlayStation 4, Xbox One et PC et contient :

  • le jeu et les extensions déjà sorties ;
  • un Premium Pass valable jusqu’à la fin de la saison ;
  • l’extension In the name of the Tsar (septembre 2017) ;
  • les extensions Turning Tides (décembre 2017) Apocalypse (début 2018) ;

Battlefield 1 Incursions : objectif eSport

Electronic Arts a également annoncé son intention de côtoyer la scène eSport, avec un mode compétitif. Et non, on ne parle pas des parties à 64 joueurs, caractéristiques de la franchise. « Incursions » est plutôt un simple multi en 5 contre 5, avec des cartes conçues sur mesure pour ce mode.

Avant de se lancer dans l’arène, il faudra choisir un personnage qui a ses armes et ses capacités. Ils sont au nombre de 8 : Trench Surgeon, Control Leader, AT Assault, Battle Mechanic, Mortar Support, Raid Leader, Shock Assault et Proximity Recon. L’alpha sera disponible pour quelques chanceux en septembre et vous pouvez tenter votre chance à cette adresse.

Trois nouvelles extensions : objectif fidélisation des joueurs

Enfin, un DLC — annoncé à l’E3 — va faire son arrivée en septembre. Il s’agit de In the Name of the Tsar.

Au total, cette extension centrée sur la Russie apportera 11 nouvelles armes, 6 nouvelles cartes, de nouvelles opérations, plus de véhicules (comme le bombardier lourd Ilya-Muromets). En somme, il s’agit d’une grosse extension.

Il était possible tester la carte Tsaritsyn pendant la Gamescom

Pour les autres DLC, le programme est déjà publié : courant décembre, il faudra compter sur Turning Tides et début 2018, cela sera le tour d’Apocalypse.

Comme vous l’aurez compris, Electronics Arts ne compte pas lâcher de si tôt son titre phare. Les contenus se multiplient et complexifient l’accès au jeu. Avec ce solide planning, Battlefield 1 veut à tout prix que l’on reprenne la route des tranchées.

Partager sur les réseaux sociaux