La Fondation X Prize et la compagnie aérienne ANA viennent de créer un conseil réunissant plus d'une soixantaine d'auteurs/réalisateurs de science-fiction. Leur but : imaginer, écrire et proposer des feuilles de routes pour un meilleur futur.

À une époque où certains considèrent que la réalité a dépassé la fiction, quelles leçons peut-on tirer des innombrables récits de science-fiction ayant prophétisé le développement de la robotique, du numérique ou du modèle néo-capitaliste ? Probablement beaucoup, certaines innovations étant tout droit inspirées de ces œuvres, quand certaines évolutions des sociétés modernes peuvent faire penser aux pires dérives décrites dans des ouvrages de George Orwell ou de Philip K. Dick.

C’est avec cette idée en tête que la Fondation X Prize et la compagnie aérienne nippone ANA ont crée le Science Fiction Advisory Council, réunissant près de 64 auteurs, réalisateurs et artistes. On retrouve parmi cette longue liste des noms tels que Margaret Atwood (The Handmaid’s Tale), Andy Weir (The Martian), Neil Gaiman (American Gods), J. Michael Straczynski (Sense 8), Darren Aronofsky (The Fountain), Ernest Cline (Ready Player One) ou encore Mike Carey (The Girl With All the Gifts).

Son but : essayer de penser le monde de demain pour influencer positivement sur les prises de décision politiques.

Liste des 64 auteurs du Conseil – X Prize

Des feuilles de routes et des nouvelles

Ce groupe d’influence — des plus hétéroclites — est amené à se retrouver pour des réunions, virtuelles ou physiques, afin de penser et rédiger des feuilles de route sur des sujets aussi vastes que l’environnement, l’énergie, la santé ou encore la société civile. L’idée est de mettre en commun le savoir de ces femmes et hommes pour essayer d’imaginer le monde de demain et de le prévenir de certaines dérives.

L’influence de ce conseil est encore à construire, et vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire à la newsletter de ce groupe pour suivre leurs travaux. Leur premier projet sera une série de nouvelles épousant le point de vue des passagers d’un vol Tokyo/San Francisco, qui vont mystérieusement être transportés 20 ans dans le futur.

L’idée est des plus admirables — rappelant dans une certaine mesure le film Tomorrowland de Brad Bird — et on est impatient de voir quel rôle ce conseil pourrait jouer sur les futures grandes décisions des gouvernements du monde entier. À l’heure où Trump a décidé de sortir de l’accord de Paris, un tel conseil est vraisemblablement nécessaire pour garder espoir de pouvoir aller un jour dans la bonne direction. Encore faudrait-il que les 64 personnes choisies arrivent à se mettre d’accord.

Partager sur les réseaux sociaux