Les Espagnols de Tequila Works proposent, avec RiME, un joli voyage aussi charmant que simpliste et minimaliste. De la poésie vidéoludique en somme.

Il suffit de regarder des images de RiME pour être charmé d’un coup d’œil et se prendre à l’envie de se plonger dans le voyage vidéoludique enivrant, simple et beau qu’il recèle. À l’instar d’un Journey, le titre de Tequila Works, qui fut d’abord annoncé comme une exclusivité PS4, fait la part belle à l’exploration intime en nous racontant la quête courageuse d’un jeune garçon échoué sur une île mystérieuse mais accueillante, peuplée d’animaux et de multiples constructions d’un temps ancien. Un périple initiatique qui séduit dès les premières secondes, simplement parce que l’essentiel est assuré et que l’artistique prend le pas sur le reste avec sensibilité et justesse.

Comme nous le disions, RiME charme en deux temps trois mouvements à la faveur de ses graphismes colorés et chatoyants – une patte rappelant le cell-shading -, ses décors méditerranéens et une mise en scène jouant habilement sur les angles de caméra. La modélisation volontairement épurée insiste sur le minimalisme assumé de tous les compartiments du jeu.

Il y a le désir de ne jamais aller dans l’excès pour faire naître une envolée poétique, soulignée par des notes de piano délicates accompagnant chacun de nos pas dans un univers optimiste, à l’exact opposé des guerres que nous sommes amenées à mener dans la majorité des productions actuelles. Par son habillage mignon, RiME s’apparente à une véritable bouffée d’air frais qui fait du bien à l’approche d’un été s’annonçant des plus chauds.

Minimalisme

Il faut dire que le bébé de Tequila Works ne viendra jamais bousculer le joueur, tout juste lui demandera-t-il de réfléchir, de temps en temps, pour résoudre les quelques puzzles nourrissant le périple d’un jeune héros confronté à sa propre condition et son imaginaire, rarement à des bestioles contre lesquelles il ne pourra jamais se défendre lui-même.

Les mécaniques se basent surtout sur des interactions relativement évidentes avec les environnements et il n’y a jamais cette volonté de bloquer l’aventurier de fortune pendant des heures par excès de sadisme. Il n’y a aucun réel challenge dans RiME, sinon celui de vouloir obtenir tous les objets à collecter servant à la narration réduite à son plus simple appareil (zéro dialogue par exemple).

Le studio s’est donc logiquement inspirés des canon du genre pour nourrir son expérience, ce qui revient à dire qu’elle n’est pas foncièrement originale dans le fond malgré sa forme trompe-l’œil. On peut aussi comprendre qu’il n’y a aucun concept vraiment poussé dans RiME alors que certaines idées liées aux énigmes auraient mérité de s’épanouir davantage, ne serait-ce que pour prolonger un plaisir un poil court en ligne droite (4/5 heures à tout casser) et transformer l’addition de petits songes en un rêve géant sans jamais que pointe une quelconque envie de se réveiller.

À ce sujet, il est fort probable que Tequila Works n’ait pas voulu aller trop loin par peur de mal faire et d’être comparé, sans cesse, à ses références. Un manque d’ambition pardonnable dans le sens où le jeu se parcoure jamais sans déplaisir malgré quelques couacs techniques (le framerate est loin d’être optimal, même sur une PS4 Pro) ou directement liés au gameplay (les sauts ne permettant pas de confort lors des phases de plateforme). Comme pour rappeler l’évidence selon laquelle la réalité finit toujours par nous rattraper. Même en plein rêve. Surtout en plein rêve d’ailleurs.

RiME est disponible sur PC, PS4 et Xbox One à partir de 34 €.

RiME

En bref

RiME

S'inscrivant pleinement dans la veine des productions Fumito Ueda (Ico), soit ce genre d'expériences volontairement épurées et simplistes pour immerger dans une ambiance poétique, RiME assume pleinement son statut de bouffée d'air frais. Il n'est, à l'arrivée, pas beaucoup plus que cela et ne peut, de manière, pas prétendre à être plus. Surtout face aux mastodontes de la catégorie. 

Mignon, RiME se raconte difficilement puisque chacun vivra le voyage sans défi ni combat comme il l'entend. Il ne restera alors de cette aventure avec un petit a que des grains sables. Comme autant de souvenirs d'avoir passé un moment mélancolique, agréable, reposant et joli. Rien de plus, rien de moins. Peu ambitieux, mais terriblement beau. 

Top

  • Joli, mignon, charmant
  • Un voyage agréable à vivre
  • La bande son

Bof

  • Quelques couacs de framerate
  • Manque de confort dans les sauts
  • Les limites du minimalisme

Partager sur les réseaux sociaux