La mère d'un enfant de 11 ans a récemment mis en cause l'enseigne GameStop pour lui avoir vendu un GTA V contenant un sachet de méthamphétamine. Une histoire assez incroyable, qui n'est pas une première.

Les Américains devraient sans doute y réfléchir à deux fois avant d’acheter un jeu d’occasion. Ou, plutôt, les magasins devraient procéder à de meilleures vérifications quand ils en reprennent. En effet, comme l’a expliqué une dénommée Kayla McAllister sur Facebook, son jeune enfant de 11 ans a retrouvé un sachet de méthamphétamine dans le GTA V que lui avait généreusement acheté sa maman (sans respecter les interdictions liées à l’âge au passage).

Elle ne s’en était pas rendue compte au moment de l’achat puisque la substance illicite, confirmée par la police, était cachée dans le livret du jeu qui a été consulté pendant l’installation sur la console, une Xbox One. Et, à vrai dire, plus personne ne regarde les notices en 2017. Les magasins y compris.

De la meth dans GTA V ? Quelle drôle d’idée !

En toute logique, la victime s’est insurgée sur les réseaux sociaux, mettant en cause le magasin situé dans le centre commercial Capital West (Floride), dans lequel elle a acheté cet exemplaire seconde main de GTA V. «  Clairement, le jeu n’a pas été suffisamment vérifié quand il a été racheté et à cause de ce manque de rigueur j’aurais pu perdre mon fils. Par chance, il nous l’a ramené tout de suite en nous demandant ce que c’était. » s’exclame, à juste titre, Kayla McAllister. Que ce serait-il passé si son fils n’avait pas rendu le sachet ou si c’était sa fille de trois ans qu’il l’avait trouvé ? Les conséquences auraient pu être graves.

C’est d’autant moins pardonnable qu’il s’agit de l’enseigne GameStop, numéro 1 mondial de la distribution physique en matière de jeux vidéo. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’une telle affaire se produit. En septembre dernier, un autre enfant de 11 ans avait trouvé un sachet de méthamphétamine dans une boîte acquise dans une boutique de la chaîne. Simple coïncidence ? Possible. En tout cas, Kayla McAllister a conseillé à GameStop de mieux vérifier le contenu des jeux repris par les vendeurs.

Dans les colonnes de Kotaku, GameStop a, de son côté, regretté l’incident, « Nous sommes très préoccupés par cet incident, et nous travaillons avec la police locale pour les aider dans leur enquête. » Car il pourrait peut-être y avoir un trafic de méthamphétamine au sein même du groupe…

Partager sur les réseaux sociaux