13 Reasons Why continue de diviser en Amérique du Nord où ses opposants ont réussi à obtenir de Netflix l'ajout d'un nouvel avertissement dès le premier épisode. La série qui met en scène et traite le suicide adolescent est toujours accusée de ne pas prendre assez de précautions avec le sujet... quitte à pousser au suicide ?

Alors que 13 Reasons Why connaît un véritable succès dans les lycées américains, de nombreuses voix se font entendre depuis la sortie de la série pour prévenir des éventuels risques psychologiques que le visionnage du show entraînerait.

En effet, des parents d’élèves et des psychologues ont ainsi tenu à décourager les adolescents de regarder la série. Pour les opposants au show de Netflix, la représentation faite du suicide serait trop brutale, voire incitatrice. On compte parmi ces opposants des écoles, des organisations spécialistes de la santé mentale et les autorités néo-zélandaises.

Ces derniers, non satisfaits de voir des avertissements seulement au début des épisodes contenants des scènes chocs — violence, agression sexuelle et suicide — ont finalement réussi à convaincre Netflix d’ajouter dès le premier épisode un avertissement global sur le propos de la série. Le géant de la SVoD a également précisé avoir apporté davantage de soutiens et d’éclairages aux téléspectateurs fragiles ou s’interrogeant sur les scènes vues grâce au site d’informations 13ReasonsWhy.info.

Le site édité par Netflix propose des contacts utiles auprès d’associations spécialisées mais également un dossier d’accompagnement psychologique pour aider les parents à parler du show avec leurs enfants (disponible uniquement en anglais). Pour l’hexagone, Netflix conduit vers le service du Ministère de l’Éducation, Non au Harcèlement.

En fin de compte, cette polémique très américaine qui semble épargner la France — alors que le Québec s’offusque de 13 Raisons Pourquoi — montre, malgré elle, que la série avait toute sa légitimité à être créée. En relançant un débat sur la prévention du suicide, 13 Reasons Why dépasse les prérogatives de la fiction et semble avoir un impact sur le réel plus que Netflix ou même que les téléspectateurs n’auraient pu l’imaginer. Un sujet qui fait mouche en somme.

Partager sur les réseaux sociaux