Phil Spencer a réaffirmé l'ambition se cachant derrière le Xbox Game Pass, soit celle de donner naissance à un Netflix du jeu vidéo.

« Nous sommes dans l’âge d’or de la télévision » : Phil Spencer, charismatique patron de la branche Xbox chez Microsoft, rêve en grand. Il rêve d’un avenir proche où les joueurs sont abonnés à un service leur permettant de découvrir de nouveaux horizons. En gros, il rêve d’un Netflix pour les jeux vidéo. Et ce n’est pas la première fois que nous voyons le géant américain zieuter du côté du network qui est passé de catalogue de séries et films disponibles en streaming à véritable acteur du divertissement proposant des exclusivités à ses abonnés. Avec son Xbox Game Pass, Microsoft tend vers ce modèle connaissant un fort succès. Pour peut-être connaître à son tour l’âge d’or du jeu vidéo.

Le rêve de Microsoft

Au milieu des plaintes sur les DLC, les microtransactions, les free-to-play, les modèles freemium, l’idée d’un Netflix du jeu vidéo apparaîtrait dès lors comme la solution idéale. Ce concept de payer une dizaine d’euros tous les mois et d’avoir accès à des expériences inédites en plus de jeux que nous pourrions acheter dans le commerce. Une simplification pour le joueur qui s’ajouterait à des revenus fixes et un fantasme de fidélisation à toute épreuve pour les constructeurs et les développeurs.

Dans les colonnes de The Guardian, Phil Spencer confie ainsi : « J’ai regardé des choses comme Netflix et HBO, où d’excellents contenus ont été créés grâce au modèle d’abonnement. Shannon Loftis et moi réfléchissons beaucoup à cette question : pourrions-nous inclure des jeux narratifs dans le Xbox Game Pass nous-aussi grâce à l’abonnement ? Cela voudrait dire que vous n’êtes pas obligés de livrer le jeu entier en un mois ; vous pourriez développer et sortir le jeu au fur et à mesure.  » Cela pourrait inciter les petites structures à s’intégrer dans la boucle, comme avec le programme ID&Xbox.

« Aujourd’hui, le pouvoir narratif de la télévision est vraiment fort et je crois que c’est grâce à son business model  » — Phil Spencer

Il insiste, « Le pouvoir narratif de la télévision, aujourd’hui, est vraiment fort, et je crois que c’est grâce à son business model. J’espère, et je parle en tant qu’industrie, que nous pouvons penser de la même manière. Les services basés sur des abonnements pourraient faire naître des jeux narratifs car il y aurait un nouveau business model qui permettrait leur monétisation.  » Aux yeux de Phil Spencer, donc, tout le monde y gagnerait. Sous couvert que les exclusivités qu’il sous-entend soient de qualité car, sur Netflix, il y a quand même à boire et à manger. Dans tous les cas, la réflexion est poussée du côté de Microsoft et le Xbox Game Pass pourrait, à terme, s’affirmer comme le Netflix du jeu vidéo. Il est donc là, le rêve de Microsoft.

Partager sur les réseaux sociaux