Les Jeux asiatiques d'hiver de Pékin mettront l'esport à l'honneur. En 2022, les gamers pourront en effet concourir dans cette discipline dans l'espoir de remporter une médaille.

L’esport doit-il être considéré comme un sport ? À l’université de l’Utah, la question ne se pose même plus. Et la tendance à placer cette discipline au même rang que les pratiques traditionnelles ne se limite pas aux États-Unis — Las Vegas ayant notamment ouvert un stade dédié à la pratique en mars 2017 –. La preuve : comme le rapporte la BBC, l’esport permettra à ses compétiteurs de remporter une médaille aux Jeux asiatiques d’hiver de 2022, organisés à Pékin.

Les conditions de cette intégration restent floues, celle-ci ayant été annoncée uniquement par le Conseil olympique d’Asie (OCA), qui représente 45 comités nationaux olympiques et entend refléter « le développement rapide et la popularité de cette nouvelle forme de pratique sportive. » Le Comité international olympique, en charge de telles décisions, ne s’est pas exprimé à ce sujet : pour l’instant, l’esport ne peut donc pas être considéré comme une discipline olympique et il reste à voir quelle décision est prise par le CIO.

Le jeu vidéo aura en tout cas droit à un premier moment de gloire dès 2018, lors des Jeux asiatiques de Jakarta, en Indonésie, où les spectateurs pourront assister à des démonstrations de compétition. Avant cela, l’esport sera également présent à l’occasion des Asian Indoor and Martial Games organisés au Turkménistan en 2017.

320 millions de spectateurs en 2016

Comme le souligne la BBC, l’esport a généré un bénéfice de 493 millions de dollars en 2016, avec un public mondial estimé à 320 millions de spectateurs. En 2017, les revenus générés par la pratique du jeu vidéo en tant que sport devraient s’élever à 696 millions de dollars. Sur cette estimation, 15 % proviendraient uniquement de la Chine, avance Newzoo, une entreprise spécialisée dans l’esport.

En attendant 2022, vous pouvez déjà jeter un œil à notre guide pour connaître les canaux de diffusion privilégiés de l’esport en France.

Partager sur les réseaux sociaux