Attendu pour mai 2018, le spin-off Star Wars consacré à la jeunesse de Han Solo interroge à plus d'un titre. Comment remplacer Harrison Ford dans ce rôle culte ? Quel passé imaginer au célèbre contrebandier ? Retrouvez toutes les infos connues et les spéculations qui animent la communauté dans cet article.

Mise à jour du 18 octobre 2017 : nous republions l’article, enrichi des dernières informations connues sur le spin-off, dont son titre : Solo.

Deuxième film spin-off sur l’univers de Star Wars après Rogue One, le long-métrage dédié à la jeunesse de Han Solo est attendu pour le 23 mai 2018 en salle, soit quelques mois après la sortie de l’Episode VIII : Les Dernis Jedi.

À plusieurs mois de cette échéance, Disney a déjà dévoilé plusieurs informations importantes sur ce nouveau dérivé de l’univers Star Wars, censé raconter comment Han Solo est devenu le contrebandier charmeur, arrogant et redoutable que Luke et Obi-Wan Kenobi rencontrent pour la première fois dans la Cantina de Mos Eisley.

Découvrez ici-même, actualisées au fil des mois, toutes les informations connues — personnages, ambiance… — et les pistes les plus probables concernant cette aventure de Han Solo simplement intitulée Solo : A Star Wars Story.

Han Solo

Les spin-offs Star Wars, une idée qui remonte à loin

Si le lancement de films dérivés sur l’univers de Star Wars a été annoncé en mai 2013, l’idée de mettre en scène des personnages spécifiques de la saga dans des films dédiés est à mettre au crédit de George Lucas.

« Nous envisageons une suite qui raconterait la jeunesse de Ben Kenobi. » — George Lucas, 1977

Dès août 1977, quelques mois après la sortie de l’Episode IV, quand Rolling Stone l’interrogeait sur des suites potentiellement consacrées à la Force, à Han Solo, à Luke ou aux Wookiees, le créateur de Star Wars expliquait ainsi : «  L’une de mes idées originales c’était de pouvoir créer une suite sur n’importe quel sujet, à condition d’avoir introduit assez de personnages et obtenu un résultat cohérent. […] Nous envisageons une suite qui raconterait la jeunesse de Ben Kenobi. »

Pour Disney, qui a racheté Lucasfilm en 2012, la stratégie des films dérivés, sans influence directe sur l’intrigue principale, est évidemment fructueuse : en sortant des spin-offs à intervalles réguliers, le studio comble une partie de l’attente des fans entre les épisodes principaux tout en capitalisant sur l’univers de Star Wars.

Un scénario signé Lawrence Kasdan

Les fans les plus sceptiques quant à l’intérêt de ce spin-off peuvent au moins se rassurer en sachant qu’il est scénarisé par Lawrence Kasdan. Son nom n’est pas forcément connu du grand public alors qu’on lui doit les scénarios de films cultes comme L’Empire contre-attaque, les Aventuriers de l’Arche perdue, le Retour du Jedi ou encore le Réveil de la Force (en collaboration avec J.J. Abrams) et, dans un tout autre registre, Bodyguard.

Kasdan, le scénariste, a écrit le scénario de L’Empire contre-attaque

Lawrence Kasdan reconnaît avoir surmonté ses propres hésitations à l’idée de renouer avec l’univers de Star Wars pour l’Episode VII en se voyant offrir par Kathleen Kennedy — qui a succédé à George Lucas à la tête de Lucasfilm depuis sa retraite — la possibilité de pouvoir écrire le spin-off sur Han Solo  : « [J’ai] dit que le seul film que je voulais faire était celui sur Han Solo parce que c’est mon personnage préféré. On m’a dit oui et ça m’a permis de surmonter mon hésitation : on s’est mis d’accord pour que j’écrive Han et que [je travaille] sur le prochain Star Wars [l’Episode VII]. » Il a donc commencé à écrire le scénario du spin-off dès 2012 et a pu compter, depuis, sur l’aide de son fils Jon, également scénariste.

Le long-métrage était initialement co-réalisé par le duo Chris Miller/Phil Lord, connu pour le film Lego et 21 Jump Street et pour ses intrigues comiques. Ce qui laissait supposer que le spin-off reste assez léger et humoristique, dans l’esprit du personnage, du moins jusqu’à ce que les deux réalisateurs se fassent remercier en plein tournage pour être remplacés par Ron Howard. Avant le début du tournage, Kathleen Kennedy décrivait pour sa part le film comme «  proche des films de casse ou des westerns »… transposés dans une galaxie lointaine.

Han Solo entre ses 18 et 24 ans

En mars 2017, le patron de Disney, Bob Iger, s’est fendu de quelques précisions sur le scénario du film. On sait qu’il suivra la vie du personnage sur une période de 6 ans, entre ses 18 et 24 ans et qu’il montrera comment Han Solo « a obtenu un certain vaisseau et rencontré un certain Wookie. »

Bob Iger a aussi alimenté les spéculations en lançant : « Vous découvrirez aussi comment il a obtenu son nom ». Faut-il prendre cette affirmation au sens littéral et comprendre que Han Solo n’est qu’un pseudonyme ou l’interpréter au sens de se « forger une réputation » ?

La présence de Lando Calrissian parmi les personnages du film laisse supposer que ce dernier mettra en scène sa première rencontre avec Han Solo, qui, pour rappel, a remporté le Faucon Millénium après avoir battu Calrissian à une partie de sabacc.

On peut également imaginer que le spin-off nous montre le fameux raid sur Kessel réalisé par le Faucon Millénium en « moins de 12 parsecs », comme Han Solo s’en vante auprès de Luke et d’Obi-Wan dans la Cantina, avant d’y refaire référence dans Le Réveil de la Force quand Rey affirme à tort qu’il l’a accompli en « 14 parsecs » (une unité de distance et non de temps qui a d’ailleurs mené à bien des interrogations). Parmi les autres possibilités, le film pourrait révéler comment Han Solo et Jabba se sont rencontrés ou comment il a contracté (dans le détail) sa dette auprès de la grosse limace.

Si l’univers étendu de Star Wars n’est plus considéré comme viable depuis 2014, le scénario pourrait tout de même y piocher quelques pistes. Ainsi, dans la trilogie Han Solo de Ann C. Crispin, sortie à la fin des années 1990, on apprend que le héros était pickpocket pendant son enfance et qu’il a un temps rejoint l’académie impériale en tant que pilote.

Alden Ehrenreich

Qui sont les acteurs principaux ?

Si un casting de talent ne se traduit pas forcément par un film réussi, Disney semble, sur le papier, avoir réussi un sans faute en la matière.

Des innombrables acteurs qui ont tenté leur chance pour succéder à Harrison Ford dans le rôle du contrebandier,  Alden Ehrenreich, quasi-méconnu du public à l’annonce de son recrutement se voit donc investi, à 27 ans, de cette lourde tâche après avoir interprété des seconds rôles dans Blue Jasmine de Woody Allen et surtout Ave, César ! des frères Coen.

Donald Glover

Il côtoiera Emilia Clarke, qui abandonne provisoirement son costume de Daenerys de Game of Thrones pour incarner un personnage au rôle encore mystérieux — mais qui pourrait bien être le premier amour de Han Solo. Donald Glover (Community, Atlanta) succède quant à lui à Billy Dee Williams pour interpréter Lando Calrissian pendant sa jeunesse tandis que Woody Harrelson (No Country for old men, True Detective) joue Beckett, une « sorte de criminel » qui fait office de mentor pour le jeune Solo.

On retrouvera aussi Michael K. Williams (l’inoubliable Omar de The Wire) dans le spin-off, dans un rôle aux contours encore flous. Quant à Chewbacca, qui était incarné à tour de rôle par son interprète historique, Peter Mayhew, et sa doublure Joonas Suotamo dans Le Réveil de la Force pour combler les problèmes de genou du premier, il sera cette fois incarné à temps plein par le géant suédois.

Clap de fin en octobre 2017

Si le tournage a débuté fin janvier 2017, les acteurs principaux ont pour leur part commencé leurs prises de vue le 20 février aux studios britanniques de Pinewood, qui avait déjà accueilli l’équipe du Réveil de la Force. La production du film a été perturbée par le soudain remplacement de Chris Miller et Phil Lord par Ron Howard au cours de l’été 2017. Le tournage s’est finalement achevé le 17 octobre, ce qui a été l’occasion pour le réalisateur de révéler le titre du film.

Comment succéder à Harrison Ford ?

C’est LA question au cœur de ce spin-off : Han Solo peut-il vraiment exister (et convaincre) en étant interprété par un autre acteur que celui qui l’a rendu célèbre ?

Si le talent d’Alden Ehrenreich n’est pas remis en cause, les fans s’interrogent sur la lourde tâche qui lui incombe. Reste que Disney n’a peut-être pas l’intention d’en faire un imitateur d’Harrison Ford, comme le suggérait ce dernier en décembre 2015 : « Je ne pense pas qu’il s’agisse d’être comme moi, mais plutôt d’être comme Han Solo. Je suis sûr que la personne en charge de ce film — et ce n’est pas moi — résoudra ces problèmes. »

L’acteur, qui affirmait à l’époque qu’il ne donnerait pas de conseils à son successeur, a visiblement changé d’avis puisqu’il a été aperçu avec Alden Ehrenreich lors d’un déjeuner à Santa Monica en janvier 2017, juste avant le début du tournage.

L’autre piste est à chercher du côté du drame romantique Adaline, sorti en 2015, où tous les flashbacks concernant la jeunesse du personnage joué par Harrison Ford sont interprétés par Anthony Ingruber, un acteur canadien qui s’était fait remarquer sur Internet pour ses imitations bluffantes de Han Solo postées sur YouTube, à la mimique près.

Anthony Ingruber — que de nombreux internautes espéraient dans le rôle du jeune Han Solo —  prouve ainsi que l’absence de ressemblance physique n’est pas un obstacle à cet exercice de reproduction compliqué.

Reste à savoir si l’objectif principal de Disney est de rester fidèle à la personnalité du personnage plutôt qu’aux caractéristiques physiques de son interprète d’origine. À ce titre, le premier trailer du film devrait fournir un bon indicateur de la direction choisie par le studio, qu’on imagine déjà en train d’envisager un autre spin-off dédié à Han Solo si le premier rencontre le succès. La firme aux grandes oreilles prévoit en effet des films Star Wars jusqu’en 2030 (minimum).

Partager sur les réseaux sociaux