Ils sont cinq, leur reboot aura cinq suites. Les Power Rangers, dont le retour en salles est imminent, ne sont pas près de quitter le grand écran. Lionsgate planche en effet déjà sur une hexalogie.

Le reboot de Power Rangers sera-t-il à la hauteur de notre nostalgie ? Nous aurons la réponse à cette question le 5 avril 2017, date à laquelle le phénomène mondial s’apprête à faire son grand retour dans les salles obscures. Sous l’égide de Lionsgate, la franchise risque fort de se dépoussiérer et d’adapter son univers résolument kitsch (et c’est tant mieux) à une audience moderne. Pour ce faire, les studios ont vu les choses en grand.

En effet, ce n’est pas un reboot isolé de la saga qui nous attend, mais une série de six films (une hexalogie, selon le terme consacré). C’est en tout cas ce que vient de dévoiler Haim Saban, producteur de la franchise, qui avait lancé la première série sur les cinq super-héros aux costumes flashy en 1993. À l’époque, il s’était inspiré des séries japonaises Super sentai, dont il avait décidé d’adapter le concept dans les pays occidentaux.

Un reboot, cinq suites

Depuis, séries, adaptations et parodies se sont succédées, attestant du pouvoir de fascination exercé par ces super-héros en justaucorps moulants et casques de motards.

Mais les jeunes d’aujourd’hui ne sont plus tout à fait comme les enfants qui ont regardé, dans les années 1990, la bande de copains casser la figure de tous les super-méchants qui se dressaient sur leur route. Si les nostalgiques sont sans doute déjà emballés par un reboot, il va falloir convaincre une audience plus jeune, habituée aux blockbusters déclinés par pack de trois minimum.

Lionsgate

« Le public jeune d’aujourd’hui est plus sophistiqué, a ainsi confié Haim Saban à Variety. Pensez à des films comme Le Livre de la Jungle ou Premier Contact. Les effets sont époustouflants. Est-ce que l’audience jeune s’attend à mieux ? Je parie que oui – et ils auront ce qu’ils veulent. »

Un avis partagé par John Gatins, qui tient les rênes du scénario de ce reboot. « Faire des effets spéciaux à la pointe de la technologie, cela va être le point d’attraction pour les grands fans. Ils ont bien compris qu’il y a un aspect drôle et kitsch dans la vieille série télévisée. Nous avons de grandes aspirations pour faire un film qui soit visuellement intéressant. »

Les effets spéciaux ne sont pas à prendre au sérieux

Malgré l’inévitable modernité des effets spéciaux qui nous attendent dans ce reboot, les clins d’œils à la version des 90s ne devraient pas manquer. Car les Power Rangers ne seraient pas les Power Rangers sans leur attirail fluo, leurs Zords et leurs cascades improbables. « Les effets ne sont qu’une partie du film, ils ne sont pas à prendre au sérieux  », précise le scénariste.

Espérons donc que les cinq suites de ce reboot n’oublieront pas, en chemin, de conserver l’âme originelle de la franchise, en évitant de tomber dans le piège d’une avalanche d’effets spéciaux ultra modernisés.

Partager sur les réseaux sociaux